Ursula Le Guin : Les chats volants et Le retour des chats volants (Catwings and Catwings return)

Ce que l’éditeur nous dit :
Quel étrange mystère : les quatre chatons Thelma, Harriet, Roger et James sont nés avec des ailes ! Mais leur mère a bien d’autres soucis pour s’en préoccuper. En ville, de terribles dangers guettent ses petits. Elle ne pourra pas toujours les protéger. les chats volants vont devoir voler de leurs propres ailes.


Ce que j’en pense :
C’est peut-être un peu naïf de ma part, mais en piochant sur l’étagère “premières lectures” de la bibliothèque, je m’attends à trouver une histoire avec une “morale”, une histoire de vie, enfin n’importe quoi “d’utile” pour l’enfant en plein éveil auquel il est destiné. Et là, euh… Certes je suis loin d’être une spécialiste de la littérature jeunesse, mais j’ai beau y réfléchir, il m’est impossible de déterminer l’angle que l’auteur a choisit d’aborder, au point de douter qu’il y en ait un. Ce qui donne une histoire assez ennuyeuse (le volume deux m’ayant fait le même effet que le premier, heureusement que ça se lit en 15 minutes). Même le fait que les félins possèdent des ailes (annoncé par le titre quand même), n’est quasiment pas exploité. Alors oui cela donne des moyens de locomotions ajustés, mais au final ce détail n’impacte que peu le cours des événements décrits. Je ne sais pas si cela est dû au succès de l’auteur pour ses romans adultes, mais je ne comprend pas comment une histoire aussi banale a pu être publiée, et encore moins qu’on ose en proposer quatre volumes…

Conclusion :
Ça sent l’auteur qui a fait son paresseux…

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les remariages
les creux dans les arbres
les démolitions
les pigeonniers

4 Comments

    • Merci pour cet autre avis. C'est vrai que ces histoires ont l'intérêt d'être "réalistes" au sens où les chats se comportent relativement en accord avec leur nature (attachement parents/enfants limité, le fait de chasser pour se nourrir…) et que la vie présentent de vraies difficultés (l'un des chats garde toute sa vie des séquelles d'une attaque, tous les environnements présentent des dangers qui leurs sont propres…). Le problème c'est que tout ça est présenté de manière "brute", qui me semble difficile à intégrer pour un enfant. Les adultes ont eux le recul nécessaire pour en prendre la mesure, mais ne seront pas préservés de l'ennui que représente cet amas de clichés…

  1. Hi hi hi c'est un peu la série que je me réserve quand j'aurais vraiment épuisé tout ce qu'a écrit cette auteure ^^

    • Hehe. Ouais garde les vraiment pour la fin fin, si t'avais vraiment rien d'autre à lire et rien de mieux à faire de ton temps (la série fait 4 livres en tout, mais je n'ai pas eu le courage de lire les deux derniers, je me suis contentée de les feuilleter rapidement).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *