Tsui Hark : Detective Dee – Le mystère de la flamme fantôme (Di renjie zhi tongtian diguo)

Ce que le synopsis nous en dit :
L’histoire se déroule en Chine, en l’an 690, durant la période trouble correspondant à l’ascension de l’impératrice Wu Ze Tian.
Tout est prêt pour la cérémonie du couronnement et la petite ville de Chang-An est dans ses habits de fête. Mais une série de morts mystérieuses menace l’intronisation de Wu Ze Tian.
L’impératrice décide alors de faire appel au seul homme capable de percer ce mystère : Le juge Ti, de retour après huit ans de prison pour insolence et insubordination…
Inspiré de l’histoire d’un authentique détective de la Chine des Tang, Detective Dee a fait l’objet d’une série de romans cultes (par Robert Van Gulick). Le film du cinéaste hong-kongais Tsui Hark a été présenté au Festival de Venise 2010 en compétition officielle.

Ce que j’en pense :
En principe, les films chinois diffusés sur nos écrans sont tous faits du même moule. Qu’il s’agisse du Secret des poignards volants ou de Tigre et Dragon, on y retrouve les mêmes éléments : un amour impossible et dramtique, des seignes, de très belles images, beaucoup de couleurs (paysages, tissus, etc) et surtout des combats à la fois improbables et captivants. C’est donc naïvement que je suis allé voir Détective Dee, m’attendant à un prendre plein les mirettes.
Quelle ne fut pas ma déception quand j’ai compris qu’il s’agissait vraiment d’un film policier, difficulté de l’énigme niveau Derick (à noter mon manque de connaissance sur le sujet, qui ne m’aura peut être pas permit de choisir le comparatif le plus approprié). Certes il y a bien eu quelques combats, mais bien trop peu à mon goût. La plupart du temps, c’est juste long. Le côté improbable par contre est bien présent ! Sauf que cette fois il ne faut pas compter sur une quelquonque réussite visuelle pour le faire oublier, et c’est surtout l’utilisation abusive d’images numériques de qualité moyenne que l’on retiendra…
Reste le côté amusant du genre, toujours très didactique. Par exmeple : le gentil nous dévoile le plan (machiavélique) du méchant. Le méchant attend patiemment la fin de l’explication pour répondre et s’énerver, charmante attention n’est ce pas ?

Conclusion :
Sans aller jusqu’à regretter d’être allé le voir, je n’en suis pas sorti avec une bonne impression. “Evitable”.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– les poutres
– les coups de soleil
– l’acupuncture
– les lentilles de contact 100% naturelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *