Torey Hayden : Les enfants des autres (Somebody else’s kids)

Ce que l’éditeur nous dit :
Ces gosses n’étaient pas tous attirants. Mais j’avais beau essayer de les voir comme ils étaient en réalité, ils me semblaient toujours indiciblement beaux. L’étaient-ils à ce point? Ou était-ce mon regard qui les transfigurait? »
Il y a Boo, âgé de 7 ans, avec ses yeux d’un vert étrange. Il ne parle pas, mais reste des heures en conversation avec un serpent.
Lori, du même âge, qui n’arrive pas à lire mais devine les cœurs.
Et Tomaso, 10 ans, qui ne sait plus s’adresser aux autres sans les insulter.
Enfin, Claudia, qui a 12 ans. Qui est enceinte.
Ensemble, ils forment une classe unique avec une singulière institutrice qui leur enseigne ce qui n’existe dans aucun manuel : l’amour.

Ce que j’en pense :
Livre déniché un jour dans la (vaste) bibliothèque de mes parents, emporté puis oublié, sur lequel je suis récemment retombée. En le démarrant, je pensais y lire une romance difficile, traitant d’enfants handicapés mentaux. Le résultat, tout autre, fut une excellente surprise : il s’agit en fait du partage d’expérience de Torey Hayden, institutrice spécialisée dans les élèves qui ne fonctionnent pas dans le système classique. L’autisme est ici l’un des facteurs pouvant nuire à l’intégration dans des classes “normales”, mais les raisons peuvent être très variées. L’auteur nous fait partager ses propres doutes et réflexions, la manière dont son métier affecte son quotidien, à titre professionnel et personnel, donnant une contextualisation bienvenue. L’intention n’est pas de dresser un portrait exhaustif du traitement de la différence en milieu scolaire, juste de nous faire partager une année de la vie de quelques personnes. Certes le tableau est teinté de gris, mais il est présenté dans tous ses aspects positifs, avec énormément d’espoir et surtout d’humanisme.

Conclusion :
Une jolie expérience, qui montre une manière de rester confiant face aux injustices de la vie.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les bulbes
les peluches
les placards

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *