Tonino Bénacquista : Quelqu’un d’autre

Ce que l’éditeur nous dit :
Qui n’a jamais eu envie de devenir «quelqu’un d’autre» ? Celui que l’on a toujours voulu être ? Celui qui n’aurait pas abandonné, en cours de route, ses rêves et ses désirs ? Un soir, dans un bar, deux inconnus se lancent un pari. Ils se donnent trois ans, pas un jour de plus, pour devenir «cet autre». Mais on ne devient pas quelqu’un d’autre impunément. On risque, pour le pire et le meilleur, de se retrouver soi-même… »

Ce que j’en pense :
A peine rendu Saga, voilà que sa prêteuse me met Quelqu’un d’Autre entre les mains. Et là, grosse hésitation. Car lire deux fois le même auteur dans un temps trop court, c’est prendre le risque de s’en lasser… Mais c’était sans compter sur le talent de Tonino Bénacquista, qui contrairement à un trop grand nombre d’écrivains, a plus d’une plume à son arc. En effet, l’ambiance et le style de Quelqu’un d’autre plongent dans un univers sans rapport avec celui de Saga (même si une étude plus approfondie laisse tout de même entrevoir des similitudes). Le fait que l’on suive en parallèles deux personnages évoluant dans des univers totalement distincts, vivant des aventures définitivement différentes, n’est qu’une preuve supplémentaire de la capacité de l’auteur à se diversifier.
Le résultat est une littérature facile à lire et intéressante. Les personnages (et surtout leurs choix) peuvent plaire ou ne pas plaire, mais n’en sont pas moins agréable à suivre. Et la fin est juste très bien. Un point commun avec Saga serait cette faculté de pousser l’idée de départ aussi loin que possible, quitte à dépasser l’entendement commun (même si cette fois, cela resterait presque plausible). Et ce n’est certainement pas moi qui vait m’en plaindre.

Conclusion :
Très bien.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– la vodka
– les démolitions
– les coup croisés
– les rendez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *