Tommy Wirkola : Seven sisters (What Happened to Monday?)

Ce que le synopsis nous dit :

2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…

Ce que j’en pense :

Et oui Mesdames et Messieurs, après des mois d’absence, me voici de retour !! En vrai, j’ai pas chômé hein, j’ai écrit plein d’articles sur ecologie-citadine.com. Ouais, sauver la planète, tout ça… il se trouve que c’est une activité qui occupe bien. D’où me vient ce soudain élan de motivation à alimenter de Bizz & Miel ? Signe t-il le renouveau de ce blog ou retombera t-il aussitôt comme un soufflé raté ? Seul l’avenir nous le dira…

Mais pour l’heure, parlons de Seven Sisters. Comme vous le savez peut-être, je suis une grande fan des histoires de multipersonnalités (Billy Mulligan est l’un des ouvrages qui m’a le plus marquée). Ici le cas est inversé, puisque plusieurs personnes essaient de faire vivre collectivement une seule identité. Je trouve cette idée vraiment chouette. Au niveau de l’interpretation, Noomi Rapace se débrouille à merveille, même si j’ai trouvé que la distinction entre les différents personnages était moins facile à faire que dans un Split (rolala toutes ces chroniques que je n’ai pas écrites, j’en suis réduite à faire un lien vers AlloCine…) ou un United States of Tara. Bien souvent, on ne sait pas qui est qui, ce qui est un peu dommage. Mais je mets cela sur le compte du contexte (elles sont l’extension d’une seule et même « personne ») plutôt que sur celui de ses talents d’actrices. Car les émotions sont, elles, bien incarnées. On regrettera toujours la manière incroyable dont les protagonistes peuvent se remettre si « facilement » des drames auxquels ils sont confrontés, mais au moins les sentiments sont-ils représentés.

J’ai trouvé particulièrement intéressante la manière donc le sujet de la surpopulation est traité. Je ne vous en dirai pas plus pour ne rien révéler… Disons simplement qu’il y a plusieurs manières de voir les choses et que l’on peut considérer que la fin est une « belle fin » ou pas.

Mon chéri, qui l’a vu en même temps que moi, a avoué s’être plus ennuyé dans la dernière partie. Pour ma part j’ai globalement j’ai passé un très bon moment. Certaines scènes sont très prenantes et j’ai été tenue en haleine jusqu’au bout. De plus, je n’avais pas du tout deviné la tournure que prendraient les événements et je trouve toujours agréable d’être surprise par le scénario.

Conclusion :

Un chouette film, qui m’a trotté dans la tête plusieurs jours après l’avoir vu.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :

les premières fois
les rangements rapides et efficaces
les réunions d’équipe
de tous les usages de l’électroménager

4 Comments

  1. J’essayerais d’aller le voir celui-là (mais Monsieur a lu de mauvaises critiques et ne veut plus y aller du coup xD)

    • Raaaa oui, les critiques peuvent parfois décourager. Il faut soit convaincre monsieur, soit y aller sans lui 😀

  2. Je trouve que l’idée est géniale mais desservie par un scénario plein d’incohérences. Mitigé pour moi, donc.

    Welcome back ^^

    • Oui j’admet qu’il y en a plus d’une… qui n’ont pas suffit à gâcher mon plaisir. Je comprends que cela puisse gêner d’autres.

      Merciii 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *