Tim Sliders : Timeville

Ce que l’éditeur nous dit :
David Cartier fait partie des chefs étoilés les plus réputés de la planète et Anna Cartier est une brillante chirurgienne. Ce soir, David et Anna ont signé les papiers de leur divorce, et David s’apprête à passer une dernière nuit dans son ancienne maison. Mais à son réveil, le décor a radicalement changé et son téléphone portable a disparu. Un hurlement à l’étage lui indique que sa fille Agathe vient de découvrir sa nouvelle coiffure à la Tina Turner et son immonde pyjama Duran Duran. Quant à Tom, le petit dernier, il se demande pourquoi la télé n’a que trois chaînes et où sont passés ses DVD préférés. Seule Anna semble comprendre l’impossible réalité. La petite famille a voyagé dans le temps… et se retrouve au tout début des années 80, précisément à l’époque où Anna et David se sont rencontrés et juré un amour éternel… Qui les a envoyés là et dans quel but ? Et surtout comment feront-ils pour supporter cette cohabitation forcée et… rentrer en 2012 ? Bienvenue dans la mystérieuse Timeville ! La ville de tous les temps et de tous les possibles…

Ce que j’en pense :
Si je n’ai pas d’information officielle sur l’auteur qui se cache derrière le pseudonyme de Tim Sliders, j’y ai pour ma part retrouvé de nombreuses similitudes, tant sur le style que sur le choix de la thématique, avec Tonino Benacquista (qui est également scénariste, comme par hasard…). La différence notable est l’absence du petit je ne sais pas quoi qui me met toujours un peu mal à l’aise, ce petit mal-être caché au fond que l’on retrouve chez l’auteur de Malavita (quoique). L’action démarre au quart de tour, plongeant tout de suite le lecteur au coeur de l’action. Si l’on sait dès les premières lignes qu’il ne sera pas fait démonstration de grande littérature, on s’attend tout du moins à être diverti. Une modeste ambition que Timeville réalise haut la main. Certes le tout est un peu facile, convenu, plutôt prévisible… mais cet hommage aux années 80 n’en est pas moins très plaisant. Et c’est déjà pas mal !

Conclusion :
Parfait pour se reposer l’esprit entre deux pavés.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :

les ratages d’avion
les lady(s)
les diagnostiques
les magrets (comme quoi c’est pas une bonne idée d’en manger)

2 Comments

  1. Oui c'est ça : ça tombe vite dans la facilité et la caricature, mais on en passe pas moins un bon moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *