Theodore Melfi : Les figures de l’ombre (Hidden figures)

Ce que le synopsis nous dit :

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.
Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.

Ce que j’en pense :

Ahhh enfin un film qui passe haut la main le test de Bedchel pour le sexisme, mais également pour la représentation de la communauté noire dans la population américaine. Certes, les “mauvaise phases” de l’histoire sont passées très très rapidement, pour se concentrer surtout sur le positif. Mais après tout, pourquoi pas, cela fait du bien de se concentrer aussi sur le positif, de montrer que oui des choses ont avancé et que les changements sont possibles. C’est même encourageant de voir les progrès parcourus, par rapport au chemin restant à la fois pour le statut des femmes et celui des mixtes ‘interraciaux”.
Contrairement à certains personnages secondaires, les 3 héroïnes ont bel et bien existé et travaillé à la NASA. L’auteur (Margot Lee Shetterly, qui a écrit l’ouvrage ayant inspiré le scénario) a juste pris certaines libertés temporelles. Mary a bel et bien travaillé dans l’équipe de Dorothy, mais alors que celle-ci avait déjà changé de services (où comment raconter des faits sans faire trop de spoiler). Le nouveau service en question date de 1949, tandis que le “pic” de Mary a plutôt eu lieu vers 1953. Katherine, enfin, a travaillé sur le projet Friendship 7 vers 1962, alors qu’elle était déjà remariée.
Ajoutons à cela une interprétation impeccable et des costumes exceptionnels !

Conclusion :

Un très beau film et de très belles histoires.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :

les pauses techniques
la course à pied en talons hauts
les calculatrices
les préjugés

1 Comment

  1. J’ai quand même lu aussi qu’ils avaient pris beaucoup de liberté sur le traitement des femmes noires à la NASA à cette époque, cela dit je n’ai pas creusé la question, c’est un fil Twitter de Florence Porcel qui m’a mis la puce à l’oreille. Tu me rappelles que je souhaitais creuser la question.

    Sinon j’ai malheureusement trouvé le film très moyen mais l’histoire de ces femmes est vraiment géniale. Je crois que je serais plus intéressée de lire une biographie ou quelque chose dans le style.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *