Étiquette : 5l

Laurent Gounelle : 3 oeuvres

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi

Pendant longtemps j’ai soigneusement évité Laurent Gounelle, que je rangeais dans la catégorie des “Marc Levy” (ouais c’est une catégorie maintenant, vous ne saviez pas ?). Je pensais que c’était du “roman de gare” (ça, ça existait déjà avant), vite écrit, vite lu, vite oublié. Et puis plusieurs personnes de confiance m’ont conseillé d’essayer, dans une période où je cherchais justement quelque chose de léger à lire. Je me suis donc lancée. J’ai été vraiment épatée par la qualité de réflexion que j’y ai découvert ! Certes l’écriture n’est pas extravagante (donc facile à lire, pour cela j’ai été servie) et le personnage principal un peu caricatural au premier abord. Mais Laurent Gounelle a eu la bonne idée de ne pas en faire des tonnes, ni de tomber dans les schémas stéréotypés, cette Alice n’était finalement que le support de la réflexion de l’auteur. D’ailleurs son histoire à elle passe un peu au second plan, nous épargnant le retournement de situation facile. Idem pour la personne du prêtre, que l’on suit sans trop s’y attarder (les scènes dans le confessionnal sont vraiment instructives). Ce dont Laurent Gounelle nous parle vraiment c’est l’égo. L’analyse et surtout la comparaison qu’il fait des différentes religions est franchement bien menée (sans rentrer dans du complexe non plus), avec plus d’une illustration pertinente. Bref, j’ai appris des choses, sur la vie et sur moi-même. Chapeau !

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi sur Amazon

Le jour où j’ai appris à vivre

Galvaudée par ma rencontre avec Laurent Gounelle et ayant toujours l’esprit trop chargé pour des lectures “difficiles”, j’ai quasiment tout de suite enchaînée avec un second roman de son cru. Si le fond était un peu moins intense que pour Le trésor qui dort en toi, j’y ai trouvé également plus d’une idée pertinente. Encore une fois, le personnage principal sert surtout de support pour faire passer des réflexions, même si dans ce cas on suit d’un peu plus près son parcours (avec certains retournements de situations tout à fait attendus cette fois). Mais j’y ai plus vu une illustration de la manière dont on pouvait influencer sa vie, qu’un simple laisser-aller à la facilité. Oui, nous avons le pouvoir de rendre nos vies meilleures, il suffit de le décider et de passer à l’action. Si l’effet wahou était moins présent que pour l’autre ouvrage, j’ai également été ravie de cette lecture.

Le jour où j’ai appris à vivre sur Amazon

Le Philosophe qui n’était pas sage

Alors là, peut-être que c’était la lecture de trop, mais je pense que je n’aurais de toute manière pas aimé ce roman même si je l’avais lu à un autre moment. Ici encore, le personnage principal n’est pas forcément celui que l’on pense, sauf que cette fois on finit par franchement se focaliser sur un second, le chef des guides, qui décide qu’il va pourrir la bonne humeur et la soi-disant “naïveté” d’une communauté indienne. J’ai lu peut-être un tiers du bouquin, avant de l’abandonner complètement furax. Oui, cela m’a énervée de voir cet acharnement à faire le “mal”. Je me doutais bien de la suite des événements et surtout je voyais très bien où l’auteur voulait en venir (on revient à cette histoire d’égo), merci, mais le processus ne m’a absolument pas plu. Sur Babelio, c’est le livre de l’auteur le moins bien noté à ce jour et je comprends pourquoi !

Le Philosophe qui n’était pas sage sur Amazon

Mirion Malle : 2 oeuvres

Commando culotte

Ici Mirion Malle s’attaque à la pop-culture, en nous donnant son analyse [féministe] de certains films et séries triés sur le volet. Son point de vue est souvent très intéressant, car sans en faire des caisses, ni chercher la petite bête, elle ouvre les yeux sur de nombreux aspects. Et cela est d’autant plus pertinent que cette fameuse culture a une vraie force de persuasion, d’orientation dans nos façons de voir le monde et plus particulièrement les rapports hommes/femmes. En analyse des œuvres très connues (notemment Game of Throne) et d’autres un peu moins, qui rendent l’ouvrage et les exemples compréhensibles du plus grand nombre. Le trait n’est pas des plus beaux, mais peu importe car en tant qu’outil d’expression il fait très bien le job. J’ai apprécié qu’elle alterne entre des “dénonciation”, mais également de “bons” exemples. Tout n’est pas noir ou blanc. Bref, à lire !  Vous pouvez aussi aller directement le blog de Marion en cliquant ici.

Commando culotte sur Amazon

(Aparté)

Sur le sujet du rapport entre la culture et les rapports hommes/femmes, je vous propose notamment ce TED talk (il y en a d’autres) :

Intimité amoureuse

Ce très court recueil de BD a été écrit avec Thomas Mathieu, l’auteur du bouleversant les Crocodiles (si ce n’est pas encore fait, lisez tout de suite cette BD indispensable). Accessoirement, c’est aussi son amoureux et ils ont décidé de collaborer sur cette oeuvre. Celle-ci ne me laissera pas un souvenir impérissable, même si j’étais contente de pouvoir en savoir plus sur deux dessinateurs que j’apprécie. Ils nous décrivent certaines situations du quotidiens, notamment leur rencontre et les débuts de leur couple, tout cela étant très très orienté sur le sexe et les gros sens de l’héroïne. Mon chéri l’a lu avant moi et quelques scènes l’ont amusé, car il nous y a reconnu. Je ne vous dirai pas lesquels, mais effectivement il y a une certaine banalité dans tout cela.

Intimité amoureuse sur Amazon

Brené Brown : Le pouvoir de la vulnérabilité (The power of vulnerability)

challenge-bizzetmiel_tedtalksCet article a été écrit dans le cadre du challenge Bizz et miel TED Talks.
Voir l’article dédié.

Le TED Talk : Écouter la honte

Brené Brown fait de la recherche à l’université de Huston et a passé les 10 dernières années à étudier la vulnérabilité, le courage, l’authenticité et la honte. Elle a démarré son expérience TED avec une conférence TEDx Huston, dont elle parle justement dans la vidéo ci-dessous, suivie de deux autres sessions dans les deux années suivantes. Auteur de trois livres, Le pouvoir de la vulnérabilité est le premier de ses ouvrages traduit en français.

lire la suite

A.J. Jacobs : The know-it-all

challenge-bizzetmiel_tedtalksCet article a été écrit dans le cadre du challenge Bizz et miel TED Talks.
Voir l’article dédié.

Le TED Talk : L’année où j’ai vécu selon la Bible

A.J. Jacobs, journaliste et écrivain américain, est accro à l’expérimentation. Son quotidien est régit par cette philosophie, tandis qu’il passe trouve toujours un nouveau sujet dans lequel s’immerger, testant les limites du comportement, des coutumes, de la culture et du savoir (et du sens de l’humour de son épouse).

lire la suite

Les livres de développement personnel qui m’ont changée

Plus le temps passe et plus je lis d’essais, sources d’informations incontournables pour améliorer son quotidien, bien vivre ou tous simplement devenir une meilleure personne. Chacun de ces livres m’a marqué au point de directement impacter ma façon de penser et mon quotidien, c’est pourquoi je les recommande au plus grand monde.

–> Cliquez sur les titres pour lire les critiques complètes.

communication-non-violente-1Marshall B Rosenberg : Les mots sont des fenêtres

Comment améliorer radicalement notre relation avec les autres, dans le cadre familial et privée ? Une introduction à la communication non violente, à lire et à relire, absolument fantastique pour mieux communiquer avec les autres et mieux se faire comprendre. Un gros souffle d’espoir pour l’harmonie à travers le monde. Disponible ici.

Brigid_Schulte_OverwhelmedBrigid Schulte : Overwhelmed (débordée)

Comment réussir à fixer les bonnes priorités, gérer sur tous les plans, alors qu’on est juste débordé ? Il faudrait être à la fois une maman, une femme, une amante, une sportive, un canon de beauté une amie, avec une super carrière, tout en ayant l’air frais et reposé, que le téléphone nous somme toutes les trois minutes de répondre d’urgence à un texto ou un mail. Il y a de quoi s’emmêler les pinceaux ! Un sujet oh combien d’actualité et brillamment traité, quand l’époque actuelle nous demande d’être parfaite en tout et tout le temps. Cette lecture s’adresse aussi bien aux messieurs qu’aux dames. Disponible ici.

Marie Kondō : La magie du rangementla-magie-du-rangement-marie_kondo

Comment organiser son intérieur pour un rangement efficace, agréable et surtout durable ? Est-il bien nécessaire de présenter ce livre qui a fait la une de toutes les librairies. Plus d’un an s’est écoulé depuis que je l’ai découvert et mis en application, depuis ma penderie n’est définitivement plus la même et cela m’a grandement facilité la vie lors d’un déménagement. Des petits conseils très faciles à mettre en application mais rudement efficaces, pour assurer zen et bien-être dans son espace. Disponible ici.

Lannée-où-jai-vécu-selon-la-Bible-A.J._JacobsA.J. Jacobs : L’année où j’ai vécu selon la Bible

Comment se positionner par rapport à la religion ou aux codes moraux en général ? A l’approche de la naissance de son fils, A.J. Jacobs s’est interrogé sur la place de la spiritualité dans sa vie (absente jusque là)… et quand il décide de l’intégrer, il ne fais pas les choses à moitié ! Je ne sais pas si on peut vraiment classer ce livre en développement personnel, mais étant donné la portée de la réflexion qu’il amène, la question va bien au-delà de la religion. Tellement intéressant, tellement drôle à lire, il amène à s’interroger sur la société, la spiritualité, les croyances, les cultures. Ce serait vraiment dommage de passer à côté. Disponible ici.

Colin_Beavan_No_impact_manColin Beavan : No impact man

Comment agir concrètement pour l’environnement quand on habite en ville ? A lire pour la planète, à lire pour l’expérience humaine, ce livre relate les efforts mis en place d’une famille vivant au 9e étage d’un immeuble new-yorkais, comprenant un chien, un bébé, une fashion victime et un journaliste très motivé. L’objectif : que pendant un an, tout ce petit monde ne produise plus aucun CO2. Un défi haut en couleur et très agréable à lire, qui montre que tout est possible, qui aura inspiré des changements à travers toute la planète ! Disponible ici.

le-chevalier-a-l-armure-rouillee-1Robert Fisher : Le chevalier à l’armure rouillée

Comment se trouver soit-même en accueillant ses émotions ? Sous la forme d’une conte philosophique et d’une quête initiatique, le chevalier à l’armure rouillée s’adresse à tous ces adultes qui se sont enfermés malgré eux derrière une épaisse couche de courage et de volonté. A vouloir toujours faire de son mieux, être fort et noble en toute circonstance, on finit souvent par s’oublier. Touchant et écrit avec simplicité, ce livre nous délivre des messages profonds et importants. Disponible ici.

 

Thomas Mathieu : Les crocodiles

Ce que l’éditeur nous dit :
Thomas Mathieu illustre des témoignages de femmes liés aux problématiques comme le harcèlement de rue, le machisme et le sexisme ordinaire. Son travail s’inscrit dans un mouvement plus large de prise de conscience et d’une nouvelle génération de féministes qui utilisent internet pour réfléchir et informer sur des concepts tels le « slut-shaming » ou le « privilège masculin ». Dans ses planches, les décors et les personnages féminins sont traités en noir et blanc de manière réaliste tandis que les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles verts. Le lecteur ou la lectrice est invité à épouser le point de vue de la femme qui témoigne et à questionner le comportement des crocodiles particulièrement quand ils endossent le rôle stéréotypé de dragueurs/ prédateurs/dominants.

Ce que j’en pense :
En découvrant les premières pages des Crocodiles, j’ai failli regretter son emprunt à la bibliothèque : une qualité de dessin très moyenne et surtout des zigounettes en veux-tu en voilà, vertes de surcroît (couleur reptile oblige) ! Mis à part me mettre mal à l’aise, je ne voyais pas vraiment le but. Puis j’ai réalisé que c’est précisément parce que cela m’embarrassait qu’il fallait poursuivre, a fortiori parce que bien des situations décrites je les avais déjà vécues, ce qui m’avait autrement plus dérangée que de les découvrir sur papier.
Dans le même temps, je suis tombée sur cette vidéo, dans laquelle une jeune fille raconte une journée qui avait si bien commencée, pour se ternir au fur et à mesure des remarques déplacées qu’elle reçoit, une somme de petites choses “sans conséquences” qui font qu’en rentrant chez elle se sent mal, sale. Cela aussi je l’ai vécue et je ne suis certainement pas une exception.
Bref, le problème est bel et bien là et je trouve que le fait qu’il soit abordé par un homme a d’autant plus de poids. Car qu’une autre chose très importante que j’ai réalisée durant cette lecture est le fait que nombre de ces “crocodiles” étaient des hommes lambda, voire que j’en avais dans mon entourage : des garçons “gentils”, qui pensent bien faire, sans aucune mauvaise intention, mais qui font tout de même du mal sans s’en rendre compte. Il y a un vrai travail de fond à faire pour remettre certaines choses en question, réapprendre aux individus à mieux respecter les autres, leurs besoins et leurs envies, à accepter que “non” c’est “non” et pas “peut-être” (même si on nous a dit qu’il fallait être persévérant pour avoir ce qu’on voulait dans la vie, car à quel prix ?). Il faut voir la violence de certaines réactions lorsque des femmes émettent par exemple l’idée “d’attendre d’en avoir vraiment envie avant d’avoir des pratiques sexuelles avec quelqu’un”, qui décrivent des situations machismes qu’elles ont vécues, ou tout simplement quand quiconque prononce le mot “féministe”. Tous ces propos n’engagent que leurs auteurs, ce qui il me semble ne peut être remis en question, pourtant on dirait que des personnes (des hommes et des femmes) se sentent personnellement attaqués par cela, ce qui est une preuve supplémentaire du malaise général sur ces sujets.
Toutes ces idées sont très bien illustrées par Thomas Mathieu. Elles sont appuyées par des textes complémentaires fort à propos en fin d’ouvrage, qui m’ont définitivement convaincue de la qualité de ce bouquin.

Conclusion :
J’encourage le plus grand nombre à découvrir le projet crocodile.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
le projet crocodile
les compliments
les gentillesses
les envies

Les crocodiles sur Amazon

Lisa Tuttle : Ainsi naissent les fantômes

Ce que l’éditeur nous dit :
Recueil de six textes fantastique inédits en France. Lisa Tuttle explore des thèmes, utilise des ambiances variées qui plongent le lecteur tour à tour dans la stupéfaction, la fascination, l’horreur, voire même, peut-être pour les plus sensibles, le malaise. Le lecteur trouvera dans l’interview qui clôt le recueil, réalisée à l’occasion de la présente publication, des éléments supplémentaires pour appréhender un auteur dont l’écriture et l’imagination ont fait parler d’elles et pourraient bien devraient, même recommencer à le faire.

Ce que j’en pense :
Sélectionnées et transposées en français par la prodigieuse Mélanie Fazi, ces six nouvelles m’ont complètement transportée. La traductrice nous raconte l’influence que Lisa Tuttle a eu sur son parcours d’écrivain et en effet  les univers de ces deux auteurs présentent de nombreuses similitudes. Toutes deux favorisent la présence de protagonistes féminins, des ambiances légèrement angoissantes, étranges, mais toujours empreintes de poésie et sans jamais tomber dans le glauque. Il m’a semblé que la française entrait plus pleinement dans le fantastique, mais toute deux se jouent avec beaucoup de subtilité de cette mince frontière entre la réalité et le surnaturel. Et le plus fou, c’est que les sujets traités par Lisa Tuttle sont finalement très réalistes, au travers de ses personnages si charnels, si imprévisibles, si complexes et si … humains. Avec elle le dénouement n’est jamais couru d’avance.

Conclusion :
Étrange, poétique et saisissant.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les grottes
les déboires d’écrivain
la manipulation
le pouvoir de l’imagination

SFFF & D. : item19

Raymond Queneau : Exercices de style

Ce que l’éditeur nous dit :
Le narrateur rencontre, dans un autobus, un jeune homme au cou long, coiffé d’un chapeau orné d’une tresse au lieu de ruban. Le jeune voyageur échange quelques mots assez vifs avec un autre voyageur, puis va s’asseoir à une place devenue libre. Un peu plus tard, le narrateur rencontre le même jeune homme en grande conversation avec un ami qui lui conseille de faire remonter le bouton supérieur de son pardessus. Cette brève histoire est racontée quatre-vingt-dix-neuf fois, de quatre-vingt-dix-neuf manières différentes. Mise en images, portée sur la scène des cabarets, elle a connu une fortune extraordinaire. Exercices de style est un des livres les plus populaires de Queneau.


Ce que j’en pense :
Si j’étais ressortie offusquée (oui oui) de la lecture de Zazie dans le métro, je ne doutais pas de la capacité de son auteur à manipuler les mots à sa guise. Et avec le présent ouvrage, cette impression se confirme au-delà de toute espérance. J’ai été subjuguée par ce recueil qui, partant d’une histoire simpliste, parvient à nous emporter dans le monde fascinant de la figure de style (un sacré tour de force). Raymond Queneau a ici non seulement fait preuve d’une grande habileté d’écriture, mais également d’une large imagination, lui permettant de se réinventer pas moins de 99 fois (et je le soupçonne avoir été apte à dépasser ce nombre). Il s’impose des contraintes, préceptes grammaticaux existants ou façonnés pour l’occasion, qu’il suit à la lettre mais pour finalement mieux s’en affranchir, jouant avec les règles et la langue au gré de ses envies. C’est maîtrisé, et c’est surtout très amusant pour peu que l’on apprécie la magie des mots : on se délecte de la multiplicité des styles, on se félicite des énigmes déjouées, on savoure des tournures prononcées à voix hautes.  Dire qu’il se paye même le luxe d’un dénouement !

Conclusion :
Il est fort. Très fort.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les bus
la mode
les chapeaux
la lâcheté

Robert Fisher : Le chevalier à l’armure rouillée (The knight in rusty armor)

Ce que l’éditeur nous dit :
II y a fort longtemps, un vaillant chevalier combattait les méchants, tuait des dragons et sauvait les demoiselles en détresse. II se croyait bon, gentil et plein d’amour. II était très fier de sa magnifique armure qui brillait de mille feux, et ne la quittait jamais, même pour dormir. Seulement, un beau jour, en voulant l’enlever, il se retrouva coincé… Ainsi commença pour lui une quête initiatique, à la recherche de sa véritable identité, au gré de rencontres insolites et d’épreuves riches d’enseignement. En parvenant au « Sommet de la Vérité », il deviendra alors ce qu’il n’avait jamais cessé d’être, un homme au coeur pur, libre de toute illusion et de peur. Cette nouvelle quête du Graal, d’un humour délicieux, fait partie de ces « grands petits livres » comme Le Petit Prince et Jonathan Livingston le goéland. La limpidité, la profondeur du Chevalier à l’armure rouillée, qui parle au coeur et à l’âme, en font un conte d’une portée universelle.

Ce que j’en pense :
Le chevalier à l’armure rouillé, c’est un livre qui a sa place dans mes étagères depuis plus de 10 ans. Alors, en quête de moi-même, je l’avais acquis sur le conseil d’une personne bienveillante, mais n’avais pas été capable de dépasser la lecture du premier chapitre. Aujourd’hui, à nouveau en période de changement, j’ai rouvert puis terminé ce bouquin. C’était le bon moment, j’étais prête à accueillir cet enseignement. Il s’agit d’un conte philosophique, comme il en existe sûrement tant d’autres. Pourtant, celui-là en particulier a résonné pour moi. J’ai trouvé que le ton était plus adulte que celui que l’on trouve habituellement dans cette catégorie littéraire. Il y a quelque chose de très moderne dans l’écriture, faisant qu’aucun effort n’est requis pour transposer cette histoire de chevalier à notre époque, à notre propre situation. Cela sonne juste. Sans surprise les messages transmis sont au final très simples, élémentaires même, mais nécessiteront une certaine dose de perspicacité pour être intégrés (j’aurais probablement tout intérêt à parcourir à nouveau cet ouvrage de temps à autre).

Conclusion :
Idéal pour partir à la recherche de soi-même, et peut-être même se trouver.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les portes
les petites pièces
les dragons
les montagnes

 

 

Sándor Márai : Les braises (A gyertyák csonkig égnek)

Ce que l’éditeur nous dit :
Reconnu comme l’un des plus grands auteurs de la littérature hongroise et l’un des maîtres du roman européen, l’écrivain Sandor Marai (1900-1989) s’inscrit dans la lignée de Schnitzler, Zweig ou Musil. L’auteur des Révoltés, des Confessions d’un bourgeois ou de La Conversation de Bolzano n’a eu de cesse de témoigner d’un monde finissant, observant avec nostalgie une Europe mythique sur le point de s’éteindre
A travers la dramatique confrontation de deux hommes autrefois amis, Les Braises évoque cette inéluctable avancée du temps. Livre de l’amitié perdue et des amours impossibles, où les sentiments les plus violents couvent sous les cendres du passé, tableau de la monarchie austro-hongroise agonisante, ce superbe roman permet de redécouvrir un immense auteur dont l’œuvre fut interdite en Hongrie jusqu’en 1990

Ce que j’en pense :
C’est l’histoire de deux amies de longue date. Leur confiance mutuelle est totale, solidement construite au cours des années, et si de temps à autre une touche d’incompréhension vient voiler ce beau tableau, rien ne parvient jamais à l’entacher tout à fait. La première lit un roman sur l’amitié, se reconnaît dans les sentiments dépeints et décide de l’offrir à la seconde. Cette dernière est en pleine phase de remise en question, et le livre vient à point nommé, comme un point d’ancrage dans la tempête. Alors que cette passionnante traversée arrive à son terme, au moment de ces révélations finales qui ne sont que le début d’un nouveau voyage, elle part quelques jours dans un endroit inconnu avec une tierce personne de sa connaissance. Cette relation-là est de nature différente, car très récente. Pourtant au cours de ces heures passées ensemble, les deux femmes vont se découvrir, se conter leurs histoires, partager leurs doutes, leurs faiblesses, leurs forces, elles vont se reconnaître l’une dans l’autre. La magie va opérer, et une nouvelle amitié va naître. De retour sur Paris, la seconde va alors décider, à son tour, de donner un exemplaire du « meilleur roman sur l’amitié » à la troisième. C’est ainsi que je me suis retrouvée avec Les Braises entre les mains. Je la remercie chaudement pour son cadeau si généreux, et s’il s’agit aussi d’un bouquin, je veux surtout parler de ces moments précieux. J’espère que nombreux seront ceux à venir.
Même s’il n’était pas vraiment nécessaire de le préciser, oui le texte de Sándor Márai est magnifique. Et Vienne… La véritable amitié est rare, mais elle est également multiple, c’est pourquoi je vais profiter de cet article un peu hors norme pour adresser ma profonde affection aux amis qui me sont si chers.

Conclusion :
Merci ❤❤


A lire si vous voulez en savoir plus sur :
la musique
les vocations
la patience
la confiance