Sylvie Testud : Gamines

Ce que l’éditeur nous en dit :
– Qu’est-ce que tu faisais dans la chambre de maman ? -J’ai volé une photo. Une toute petite photo. – Tu lui ressembles tellement, a dit ma sœur. J’ai mis la photo dans la poche de mon jean. Je me suis assise dessus pendant trente ans. – La photo est ressortie de ma poche !j’ai dit à mes sœurs. J’ai vu l’homme de la photo ! – Qui ? – Celui qui porte le même nom que nous, le même nom que moi. Ce n’est pas une photo, c’est un homme. J’ai donc un père. Que dois-je faire ? Trente ans que je réponds : ‘Je n’ai pas de père. Je n’ai qu’une photo.’ Devant les mines compatissantes, je réponds depuis trente ans :’ Je n’ai pas de père, mais je m’en fiche, c’est comme ça.’

Ce que j’en pense :

A mon sens, tout livre devrait remplir une fonction, ne pas exister que pour le simple plaisir ou besoin de l’auteur de l’avoir écrit. Tous les livres devraient permettre d’apprendre quelque chose, de faire réfléchir, d’ouvrir de nouvelles perspectives sur le monde ou juste de se divertir.
Pour moi, Gamines ne remplit aucune de ces fonctions. Très clairement Sylvie Testud partage ici une part de sa vie, qui pourra intéresser ses fans. Mais il est difficile de croire que ce bouquin se serait aussi bien vendu si le nom d’une actrice connue n’était pas écrit sur la couverture.
Le narrateur est un garçon manqué. Le ton est celui de l’enfance certes, mais sans la fraicheur que l’on peut trouver à la lecture d’un Petit Nicolas ou d’un Marcel Pagnol. Comme la petite fille s’exprime mal, le texte est mal écrit. Logique, mais également très barbant à lire. Certes les mots défilent facilement, certaines répliques sont même intéressantes. Mais l’écriture est si fluide, si « langage parlé », qu’il est vite tentant de les survoler. Il aurait peut être été plus adapté d’en faire directement une pièce de théâtre. Peut être la version cinématographique est t-elle d’ailleurs plus réussie.

En conclusion :

Éventuellement pour les inconditionnels de Sylvie Testud

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
–   Les chaussures
–   Les colonies de vacances
–   Les coccinelles
–   Les curés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *