Sumiko Yagawa : La femme oiseau

Ce que le synopsis nous dit :
ohei est un jeune homme très pauvre qui vit dans un village japonais. Un soir d’hiver, il sauve une grue, ce bel oiseau blanc, d’une mort certaine. Celle-ci, sans qu’il le sache, va se transformer en une jeune fille douce et gentille que Yohei va prendre pour épouse. Par trois fois, elle tissera une merveilleuse étoffe qui les sauvera de la famine. Cependant, elle lui demande de ne jamais la regarder tisser ; il ne respectera pas ce souhait, et perdra sa femme à cette occasion.

Ce que j’en pense :
Sans savoir où je l’ai déjà entendue (peut être un épisode du père castor ?), il me semble que cette histoire est un grand classique du conte. D’où est elle réélement originaire, difficile à dire après toutes les adaptations dont elle a été l’objet, mais le Japon parait une source probable. En effet, les valeurs que ce conte essait de transmettre (sacrifice au travail, patience, respect des promesses, discretion, etc.) pourraient bien être issues de ce pays. Pour ce qui est de transmettre ces valeurs aux enfants, je ne suis pas certaine de vouloir apprendre à des petits à ne pas porter « assistance à personne en danger »… Mais bien sûr il faut tenir compte de l’époque.
Pour ce qui est de ce livre en tant qu’objet, il est tout à fait magnifique. De grandes doubles pages nous permettent d’admirer des paysages contenant beaucoup de profondeurs, à la fois très travaillés et épurés, tout cela dans une ambiance enneigée tout à fait saisissante.

Conclusion :
Un bel objet pour un conte presque incontournable.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :

– les tissus
– les visiteurs impromptus
– la neige
– la patience

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *