Stieg Larsson : Millénium, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes (Millennium: Män som hatar kvinnor)

Ce que l’éditeur nous dit :
Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée. placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés.

Ce que j’en pense :
En général j’évite le genre policier et a fortiori celui à fond noir encadré de rouge (ces couvertures n’augurent rien de très joyeux). Séjour en Suède oblige et surtout une amie qui m’avait vantée une grande maîtrise de texte, j’ai tout de même tenté l’expérience. Mis à part un chapitre au début sur des intrigues financières qui ne m’ont guère intéressée, j’ai rapidement accroché, puis finalement dévoré le reste du roman. La structure est en effet parfaitement tenue, avec une alternance entre différentes sous-intrigues qui s’imbriquent très bien les unes dans les autres, tout en conservant constamment l’intérêt du lecteur. Concernant les passages “glauques” (que j’avais déjà vu au cinéma les yeux mi-clos), s’ils ne laissent pas de doute quant à l’opinion que veut nous faire passer l’auteur (qui dénonce allègrement les pires travers de la société), les explications sont directes et efficaces, évitant de nous noyer inutilement dans des détails sordides. On sent que la minutie des personnages imaginés par Stieg Larsson n’est sans doute pas si éloignée de sa propre manière de raisonner. Ainsi, l’écriture est de manière générale très pragmatique et systématique et si elle n’a sans doute rien d’exceptionnel en terme de style, elle est très pertinente en terme de narration. Je ne compte pas lire la suite dans l’immédiat (je confirme, on ne ressort pas de ce texte le coeur en fête), mais pourquoi pas un jour.

Conclusion :
Un roman palpitant, dont je comprends mieux l’engouement qu’il a suscité.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les systèmes de données
les détails
les perruques
les emprunts

 

7 Comments

  1. Les deux suivants sont très bons aussi et sont plus orientés action. Les films sont bien aussi, que ce soit la version suédoise ou américaine.

    • J'ai l'impression générale que si on aime le 1er on aime les autres aussi. Par contre je ne pense pas regarder les autres films, je préfère éviter.

    • Ce que j'ai bien aimé avec les films c'est que ce sont de bonnes adaptations qui n'ont pas cherché à copier les livres et les ont à mon sens été bien portés au format film. Mieux vaut les lire d'abord pour se peindre sa propre toile mais sinon ils sont cools^^ (violents et durs mais cools)

  2. Cam Carlin

    Pour info l'histoire des deux tomes suivants n'a aucun lien avec ce premier ! Mais c'est pas complètement joyeux non plus.

    • J'ai compris que ce cas était clos mais on continue de suivre et découvrir Mikael et Lisbeth. Tu les conseilles du coup ?

    • Cam Carlin

      Oui eux ils restent. De mémoire ils sont plus sombres et plus "thriller" que le premier. Alors si t'es pas fan du genre ça te plaira pas forcément. Le deuxième était le moins bon.

  3. David Chapon

    J'ai adoré la suite ! Et Noomi Rapace dans les films – la prochaine fois que tu retournes en suède émoticône tongue 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *