Shinji Aramaki : Albator, Corsaire de l’Espace (宇宙海賊キャプテンハーロック)

Ce que le synopsis nous dit :
2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace. Il est condamné à mort, mais reste insaisissable. Le jeune Yama, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia, alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre la Coalition Gaia afin de défendre sa planète d’origine, la Terre.

Ce que j’en pense :
Ce qui frappe dans cette nouvelle version d’Albator est bien évidemment son image, avec une cinématique absolument époustouflante. C’est bien simple, j’ai eu l’impression de voir un Final Fantasy, ce qui n’est pas peu dire. Les scènes de téléportation dans l’espace, par exemple, m’ont subjuguées. Dans un autre registre, je dois dire qu’il est plutôt agréable de voir un film nippon (sorti d’un autre studio que celui de Ghibli) de temps à autre. Pour cela, cela vaut le déplacement.
Ce qui pêche, c’est le scénario. L’histoire est tragiquement banale, incohérente et surtout très simpliste. Les divers “retournements de situations” sont les mêmes tout du long (décidément ce personnage principal est une vraie girouette), ce qui finit par être lassant, et les protagonistes (et les relations qui les lient) caricaturaux au possible. Pour le suspense, on repassera aussi, car impossible de frémir pour des héros paraissant invincibles en toutes circonstances. Ajoutons à cela plus d’une scène parfaitement inutile (celle de la douche est certainement la pire). Partir d’une œuvre d’une telle ampleur pour en faire ça, quel sacrilège.

Conclusion :
Heureusement qu’on en prend plein les mirettes, c’est ce qui nous sauve de l’ennui.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– l’escalade (niveau 9a je dirais)
– les animaux de compagnie
– les siestes
– les fleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *