Scott Derrickson : Dr. Strange

scott-derrickson-dr-strange_affiche

Ce que le synopsis nous dit :

Doctor Strange suit l’histoire du Docteur Stephen Strange, talentueux neurochirurgien qui, après un tragique accident de voiture, doit mettre son égo de côté et apprendre les secrets d’un monde caché de mysticisme et de dimensions alternatives. Basé à New York, dans le quartier de Greenwich Village, Doctor Strange doit jouer les intermédiaires entre le monde réel et ce qui se trouve au-delà, en utlisant un vaste éventail d’aptitudes métaphysiques et d’artefacts pour protéger le Marvel Cinematic Universe.

Ce que j’en pense :

Un énième Marvel au cinéma (voir la liste complète ici), dans une période où je suis lasse d d’image et d’action. Mais j’étais tout de même confiante sur ce Dr. Strange, dont les critiques semblaient globalement bonnes. Bon déjà parce que Benedict Cumberbatch. Et puis surtout parce qu’il s’agit d’un nouveau personnage, dont il fallait nous raconter l’histoire, nous présenter la personnalité et le parcours. Si j’attendais aussi les scènes de combat, j’espérais qu’un tel opus serait un peu plus « posé » que certains de ces prédécesseurs. Commençons par ce personnage de Dr. Strange, qui n’a pas dû donner de difficulté à son interprète tant il est proche du rôle de Sherlock Holmes : le même caractère à l’égo surdimensionné et l’intelligence hors du commun, mais en beaucoup plus simpliste, avec un humour désastreux en bonus. Les thématiques du surnaturel et des pouvoirs illimités de l’esprit sont pourtant fait pour me plaire, mais c’est cette fois dans la mise en scène que je déplore les choix qui ont été fait : il y a vraiment un gros gros abus sur l’utilisation de la 3D. Déjà, ce n’est pas toujours très bien fait et surtout toutes ces images balancées sans vergogne et sans répit sont fatigantes, sans compter sur la large inspiration du film Inception (on retrouve des distordions de l’espace quasi identiques, mais en surdose).
Quelques points positifs tout de mêmes, qui font que je ne regrette tout de même pas cette séance : certaines scènes avec Rachel McAdams sont sympathiques (pas spécialement de son fait cependant), ainsi que celles se déroulant dans la bibliothèque, le personnage de L’ancien est bien réussi et sied à Merveille à Tilda Swinton, enfin la figure de la cape est vraiment bien utilisée.

Conclusion :

Pas vraiment à la hauteur. Il serait temps que cette série pense à se renouveler.

3f

A voir si vous voulez en savoir plus sur :

  • les capes
  • les grands froids
  • les bibliothèques
  • le détournement de bouquin

Dr. Strange sur Amazon

2 Comments

  1. Il renouvelle pas le genre (et ça me rassure de ne pas être la seule à avoir bloqué sur l’humour), ceci dit je l’ai trouvé plutôt sympathique et fort joli (mais je ne l’ai pas vu en 3D ceci dit)

    • Pas vu en 3D non plus. Oui il y a quelques trucs sympa quand même, c’est pour ça que j’ai mis la moyenne (3 étoiles) mais si je lui ai trouvé beaucoup défauts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *