Robert Stromberg : Maléfique (Maleficent)

Ce que le synopsis nous dit :
Maléfique est une belle jeune femme au cœur pur qui mène une  vie idyllique au sein d’une paisible forêt dans un royaume où règnent le bonheur et l’harmonie. Un jour, une armée d’envahisseurs menace les frontières du pays et Maléfique, n’écoutant que son courage, s’élève en féroce protectrice de cette terre. Dans cette lutte acharnée, une personne en qui elle avait foi va la trahir, déclenchant en elle une souffrance à nulle autre pareille qui va petit à petit transformer son cœur pur en un cœur de pierre. Bien décidée à se venger, elle s’engage dans une bataille épique avec le successeur du roi, jetant une terrible malédiction sur sa fille qui vient de naître, Aurore. Mais lorsque l’enfant grandit, Maléfique se rend compte que la petite princesse détient la clé de la paix du royaume, et peut-être aussi celle de sa propre rédemption…

Ce que j’en pense :
Quelle bonne idée que de revisiter un grand classique en modifiant le point de vue de la narration, laissant ainsi apparaître les événements sous un jour nouveau (bien que légèrement arrangés pour l’occasion). Un bon exemple est toute l’ironie de cette Aurore niaise à souhait (la pauvre, l’une des bonnes fées la condamne à la béatitude éternelle), brillamment interprétée. A contrario, le jeu d’actrice d’Angélina Jolie est mauvais ; si le conte appelle à un jeu plus forcé et théâtral il doit pour autant rester crédible. Mais la meilleure partie reste probablement l’univers qui a été réinventé pour l’occasion, à la fois féerique, magique, dangereux, au milieu duquel règne une Maléfique ultra stylisée qui fera rêver plus d’un cosplayeur. Pour terminer, l’interprétation musicale de Lana Del Rey, dont la voix grave, très exhalée et toute en retenue se marie à merveille au rythme de la grosse caisse, parachève l’envoûtement dont le spectateur est victime.

Conclusion :
Classique et ensorcelant.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– la magie
– les surnoms affectueux
– les cailloux

4 Comments

  1. Ah mince ! Tu es la première que je lis, stipulant que le jeu de l'actrice Angelina Jolie est "mauvais" :/ En tout cas, j'aime bien l'idée de revoir un classique du point de vue de la méchante, même si cela reste à la sauce "Disney"

    • Oui ça m'a surtout marqué pendant la scène où elle se fait trahir. Elle est sensée avoir une douleur immense et ça fait très faux.
      C'est aussi un des inconvénients du maquillage. C'est beau mais ça retire du naturel.

  2. J'ai moins été marqué par le mauvais jeu d'Angelina mais c'est vrai qu'elle manque d'expressivité pour le rôle. Dommage car comme tu dis c'était une bonne idée, le concept est à appliquer sur d'autres contes !

    • Après s'ils faisait systématiquement cela, cela perdrait de son intérêt.
      En tout cas on voit une tendance dernièrement chez Disney a essayé de sortir de ses propres clichés, avec par exemple cette remise en question du "true love", que l'on retrouve aussi dans Frozen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *