Robert Fisher : Le chevalier à l’armure rouillée (The knight in rusty armor)

Ce que l’éditeur nous dit :
II y a fort longtemps, un vaillant chevalier combattait les méchants, tuait des dragons et sauvait les demoiselles en détresse. II se croyait bon, gentil et plein d’amour. II était très fier de sa magnifique armure qui brillait de mille feux, et ne la quittait jamais, même pour dormir. Seulement, un beau jour, en voulant l’enlever, il se retrouva coincé… Ainsi commença pour lui une quête initiatique, à la recherche de sa véritable identité, au gré de rencontres insolites et d’épreuves riches d’enseignement. En parvenant au « Sommet de la Vérité », il deviendra alors ce qu’il n’avait jamais cessé d’être, un homme au coeur pur, libre de toute illusion et de peur. Cette nouvelle quête du Graal, d’un humour délicieux, fait partie de ces « grands petits livres » comme Le Petit Prince et Jonathan Livingston le goéland. La limpidité, la profondeur du Chevalier à l’armure rouillée, qui parle au coeur et à l’âme, en font un conte d’une portée universelle.

Ce que j’en pense :
Le chevalier à l’armure rouillé, c’est un livre qui a sa place dans mes étagères depuis plus de 10 ans. Alors, en quête de moi-même, je l’avais acquis sur le conseil d’une personne bienveillante, mais n’avais pas été capable de dépasser la lecture du premier chapitre. Aujourd’hui, à nouveau en période de changement, j’ai rouvert puis terminé ce bouquin. C’était le bon moment, j’étais prête à accueillir cet enseignement. Il s’agit d’un conte philosophique, comme il en existe sûrement tant d’autres. Pourtant, celui-là en particulier a résonné pour moi. J’ai trouvé que le ton était plus adulte que celui que l’on trouve habituellement dans cette catégorie littéraire. Il y a quelque chose de très moderne dans l’écriture, faisant qu’aucun effort n’est requis pour transposer cette histoire de chevalier à notre époque, à notre propre situation. Cela sonne juste. Sans surprise les messages transmis sont au final très simples, élémentaires même, mais nécessiteront une certaine dose de perspicacité pour être intégrés (j’aurais probablement tout intérêt à parcourir à nouveau cet ouvrage de temps à autre).

Conclusion :
Idéal pour partir à la recherche de soi-même, et peut-être même se trouver.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les portes
les petites pièces
les dragons
les montagnes

 

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *