Regis Roinsard : Populaire

Ce que le synopsis nous dit :
Printemps 1958. Rose Pamphyle, 21 ans, vit avec son père, veuf bourru qui tient le bazar d’un petit village normand. Elle doit épouser le fils du garagiste et est promise au destin d’une femme au foyer docile et appliquée. Mais Rose ne veut pas de cette vie. Elle part pour Lisieux où Louis Echard, 36 ans, patron charismatique d’un cabinet d’assurance, cherche une secrétaire. L’entretien d’embauche est un fiasco. Mais Rose a un don : elle tape à la machine à écrire à une vitesse vertigineuse. La jeune femme réveille malgré elle le sportif ambitieux qui sommeille en Louis… Si elle veut le poste, elle devra participer à des concours de vitesse dactylographique. Qu’importent les sacrifices qu’elle devra faire pour arriver au sommet, il s’improvise entraîneur et décrète qu’il fera d’elle la fille la plus rapide du pays, voire du monde ! Et l’amour du sport ne fait pas forcément bon ménage avec l’amour tout court…

Ce que j’en pense :
Un film extrêmement prévisible  du début à la fin. Sans même avoir vu la bande-annonce, les premières minutes laissent déjà présager du contenu et bien sur de l’issue finale. Pas beaucoup de suspense donc, mais un film très colorés, dont tout le charme réside dans les tenues et les coiffures de la fin de années 60 (à croire qu’à l’époque les magasins de chaussures pour dames ne proposait d’autre choix que les escarpins). Déborah François colle parfaitement au rôle, ce que j’ai trouvé moins vrai pour Romain Duris. Non pas qu’il ne joue mal mais plutôt qu’il n’a pas tellement la tête de l’emploi.

Conclusion :
Un divertissement sans surprise mais plaisant

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– le rose
– les réclames
– le standard
– le vélo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *