Pete Docter : Vice-versa (Inside out)

Ce que le synopsis nous dit :

Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie…

Ce que j’en pense :

Un projet plus que sympathique que celui-ci, qui nous permet de découvrir de manière charmante les méandres du cerveau humain. Alors que  je suis actuellement en train de lire L’intelligence émotionnelle, essai dans lequel Daniel Goleman avance que la capacité à réussir dans la vie tiendrait plus à manière dont nous gérons nos émotions que la valeur de notre QI. Le sujet tombe donc à pic. Bien évidemment, l’approche est touchante, avec beaucoup d’humour, de douceur. Les graphismes complètent à merveille le tableau, utilisant de manière très intelligente les textures. Et j’apprécie toujours les films capables de présenter une histoire cohérente et intéressante, sans se sentir obligés d’y coller des histoires de couples (l’amour et les sentiments ne se limitant pas à cette forme là). Cela dit il faut bien avouer qu’il m’a manqué un petit quelque chose pour être totalement séduite par Vice-versa. Peut-être mes attentes étaient-elles trop élevées, mais je ne suis pas ressortie de la séance aussi enchantée qu’après un Dragon ou un Là-Haut, ce qui ne m’a pas empêchée de passer un excellent moment !
Note : pour compléter, je recommande la lecture de l’excellent article d’épinards et caramel

Conclusion :

Intéressant et choupinou

A voir si vous voulez en savoir plus sur :

les couleurs
les îles
la personnalité
la construction de soi

Vice-versa sur Amazon

4 Comments

  1. Pingback: Florence Hinkel : #Bleue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *