Michel Hazanavicius : The Artist

Ce que le synospis nous dit :
Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L’arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l’oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l’histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l’orgueil et l’argent peuvent être autant d’obstacles à leur histoire d’amour.

Ce que j’en pense :
Alors que la 3D s’installe comme la norme, Michel Hazanavicius décide de se lancer dans un film non seulement “plat”, mais en plus sans paroles ! Drôle de pari, mais qu’il remporte haut là main. Voici enfin un film adulé par la presse et les critiques, dont les éloges me paraissent méritées.
En effet, les acteurs sont fabuleux, la retranscription de l’univers prodigieux, les images magnifiques et pas une seule seconde ne laisse place à l’ennui, notamment à une utilisation époustouflante… du son ! La liste d’adjectifs pourrait encore être étoffée, mais le principe est là.
Le plus épantant est là manière dont le sujet a été traité, s’agissant d’un film muet sur l’arrivée du cinéma parlant dans les studios Hollywoodiens. En ressortant de la séance, le sentiment est que l’on aurait pas pu faire mieux, que tout ce qui présente un intérêt a été exploité. Toutes les bonnes idées ont été réunies et subtilement assemblée. Impossible d’imaginer un élément supplémentaire qui aurait pu y trouver sa place, c’est juste parfait.

Conclusion :
Épatant. A voir absolument.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– les queues de pies
– les claps
– les pellicules
– les majordomes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *