Michael Crichton : Prisonniers du temps (Timeline)

Ce que l’éditeur nous dit :
Située au beau milieu de l’Arizona, ITC est une entreprise de technologie de pointe hautement mystérieuse. Sous la férule d’un scientifique aussi brillant que mégalomane, d’importantes recherches y sont menées dans le plus grand des secrets…Mais pourquoi ITC s’intéresse-t-elle aux travaux de l’équipe d’historiens qui, loin de là, dans la vallée de la Dordogne, a entrepris, sous la direction du professeur Johnston de l’université de Yale, des fouilles autour d’un monastère du XIVe siècle? Pour éclaircir la question, Johnston se rend en Arizona. Et disparaît…Deux jours plus tard, toujours en Dordogne, un parchemin vieux de six cent cinquante ans est mis au jour. Son message : « À l’aide » est signé du professeur Johnston…

Ce que j’en pense :
Au départ j’ai plutôt été intriguée par Timeline, même si j’ai vite été gênée par le style “scolaire” de Michael Crichton. Première rencontre avec l’auteur hollywoodien, il m’a fait une impression de (très) bon élève : bonnes recherches sur l’environnement et l’époque, bonne volonté de présenter un aspect scientifique plausible (même si on n’y croit pas du tout), bonne maîtrise des personnages (avec la bonne somme de détails personnels révélés d’emblée, créant l’empathie), bonne maîtrise de la pression (quelques indices dévoilés au compte-gouttes pour susciter l’attention, ainsi que le fameux compte à rebours). Bref, tout est très bien. Mais cela m’a paru aussi très impersonnel, un peu comme une intervention de Céline Dion (un professionnalisme irréprochable, une maîtrise du moindre geste, de chaque sourire, mais au final si superficielle). A noter qu’on imagine tout de suite la transcription à l’écran (notamment par une écriture très visuelle).
Mais arrivée à 300 pages (seulement la moitié du roman), j’ai réalisé que je ne prenais aucun plaisir à cette lecture. Sans aller jusqu’à être pénible, c’est tout simplement que cette histoire, ces personnages et leur devenir, ne n’importaient absolument pas, que le peu d’action en cours ne m’intéressait pas. En ces circonstances, je n’ai vu aucune raison de consacrer plus de temps à ce roman, et l’ai définitivement clos.

Conclusion :
Certainement bien écrit, mais sans intérêt pour moi.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les reconstitutions
l’escalade
les perruques
les grenades

6 Comments

    • Je me suis posée cette question aussi, et j'ai même regardé la bande-annonce (ça fait bande-annonce de vieux film qui part dans tous les sens, donc ça ne m'a pas beaucoup avancée). Par contre l'ami qui m'a prêté ce livre (et qui l'a bien aimé), m'a conjuré de ne pas voir l'adaptation, qui est un très mauvais film selon lui.

    • Oui ! Mauvais mauvais mauvais !
      La plus mauvaise adaptation de ses romans. Essentiellement parce qu'ils n'ont mis aucun moyen dans le film et que pour faire ce genre de film, bah… faut des sous.

  1. A tester avec un des autres romans mais il y a des chances pour que ce soit pareil pour eux aussi. Je ne suis pas expert mais j'ai pas l'impression que son style varie beaucoup. C'est toujours très technique, très documenté et cinématographique (et c'est certainement la raison pour laquelle j'aime ^^).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *