Mélanie Fazi : Serpentine

Ce que l’éditeur nous dit :
Une boutique de tatouage où l’on emploie des encres un peu spéciales. Des façades rassurantes au premier abord… mais qui s’ouvrent bientôt sur des zones plus troubles. Car les lieux les plus familiers dissimulent souvent des failles, écho de ces fêlures que l’on porte en soi. Il suffit de si peu, parfois, pour que tout bascule… Mélanie Fazi est la princesse du fantastique français, acclamée par les critiques et le public. Plusieurs de ses nouvelles ont même été traduites et publiées dans des revues anglo-saxonnes. Elle a reçu le  prix Merlin  en 2002 (meilleure nouvelle) et 2004 (meilleur roman), le  prix Masterton  en 2005 (meilleur roman) et le  Grand Prix de l’imaginaire  en 2005 (meilleure nouvelle) et en 2007 (meilleure traduction). Excusez du peu… 

Ce que j’en pense :
Comment trouver les termes appropriés pour décrire ce petit bijou ? Mélanie Fazi ce sont des mots, une ambiance, une atmosphère qui vous transportent instantanément dans son univers, un univers de gens cassés, prêts à tout pour arracher à la vie quelques moments interdits. Un certain mal-être est là, bien au centre, mais sous la forme d’une simple esquisse, avec le pouvoir invraisemblable de créer un cocon rassurant. On se sent bien dans les pages de Mélanie Fazi.
Conquise par chacune des nouvelles de ce recueil (il n’y en a qu’une seule qui m’a moins convaincue), j’ai apprécié avec une joie infinie la variété des personnages, des époques et des contextes, avec cette magie des mots pour fil conducteur. L’ensemble est à la fois riche de diversités et terriblement cohérent, presque comme une seule et même histoire que l’on aborderait de différents points de vue. Sous cette plume, même le fantastique s’intègre à la réalité comme en faisait partie intégrante.
Et pour ne rien gâcher du plaisir, la préface de Michel Pagel, qui rend hommage à l’auteur bien mieux que moi, est également géniale.

Conclusion :
Je soupçonne Mélanie Fazi d’être une sorcière.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les bougies
– les autoroutes
– les ponts
– le poker

5 Comments

  1. Faut vraiment que je le lise un jour !
    Je voulais te demander si tu souhaitais t'upgrader dans la catégorie Joyeuse lectrice puisque tu viens d'atteindre la mini ? Tu me redis ça en commentaire sur mon blog ?

  2. Je vois que tu as apprécié l'oeuvre autant que moi, peut-être même plus! En conséquence, je pense que tu ne seras pas déçue par Notre-Dame-aux-Ecailles si tu comptes le lire un jour ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *