Marcus Nispel : Conan

Ce que le synopsis nous dit :
Pour Conan, le légendaire guerrier cimmérien, ce qui avait commencé comme une vengeance personnelle va se muer en combat épique pour sauver Hyboria d’une puissance maléfique surnaturelle. Face à ses ennemis, aux terrifiantes créatures et aux épreuves d’exception qui l’attendent, Conan va peu à peu comprendre qu’il est l’ultime espoir d’un peuple…

Ce que j’en pense :
“Blurp” ou le bruitage le plus couramment entendu dans cette daube de 2h (ou comment perdre bêtement 2h de sa vie), mais également un mot qui la qualifie à la perfection.
Mon erreur : lorsque je suis allée voir Conan, je ne sais pas pourquoi mais je pensais voir une version cinéma de ça. Je m’attendais donc à passer du temps avec des hommes trop musclés, des femmes trop plantureuses et des dialogues très plats (jusque là Conan a surpassé toutes mes espérances), mais également des créatures mythologiques et un peu de fantasie (mais j’ai dû me contenter de bouts de méduses et de cris trop aigus poussés par les membres d’une certaine tribu). Dès la première minute, le ton est donné : Marcus Nispel nous livre un film répugnant, plus que ridicule et terriblement prévisible. J’aurais sûrement dû prendre le temps de vérifier ce que j’allais voir avant de me déplacer….
Généreusement, je vais livrer aux plus curieux l’essentiel : pour les images, la bande annonce est recommandée, car elle contient absolument toutes les scènes du film qui ne consistent pas en un massacre. Pour les dialogue, voici LA réplique de notre héros aux yeux renfoncés, celle grâce à laquelle la fille pure et innocente fini sur son caillou (pas de lit à disposition, confère le trailer) : “I live, I love, I slay, and i’m conten with it”. A méditer.

Conclusion :
A éviter – vraiment.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– le sang
– le papier mâché
– le machisme de haut niveau
– les bruitages de trucs écrabouillés, tranchés, brisés, etc.

2 Comments

  1. Et pourtant c'est un peu le même genre que le film "précédent" (avec Schwarzy) :
    Muscle, combats, femme là pour faire joli, et un gros animal géant (un serpent il me semble) et pleins de dialogues intelligents :).

    Il aurait peut-être fallu revoir celui-là pour se "préparer" 🙂

  2. Et oui, je me suis totalement fourvoyée sur ce film… confondre avec Hercule… 🙁
    (je n'ai pas vu la version avec Schwarzy et bizarrement je ne suis pas tentée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *