Luc Besson : Arthur 3 La Guerre des Deux Mondes

Ce que le synopsis nous en dit :
Maltazard a réussi à se hisser parmi les hommes. Son but est clair : former une armée de séides géants pour imposer son règne à l’univers.
Seul Arthur semble en mesure de le contrer… à condition qu’il parvienne à regagner sa chambre et à reprendre sa taille habituelle ! Bloqué à l’état de Minimoy, il peut évidemment compter sur l’aide de Sélénia et Bétamèche, mais aussi – surprise ! – sur le soutien de Darkos, le propre fils de Maltazard, qui semble vouloir changer de camp.
A pied, à vélo, en voiture et en Harley Davidson, la petite troupe est prête à tout pour mener le combat final contre Maltazard. Allumez le feu !

Ce que j’en pense :
Décidément, ce film ne s’appuie que sur la renommée (et la bourse) de son réalisateur pour justifier son existence. C’est une histoire on ne peut plus commune, caractérisées par l’absence d’action et de rebondissement.
La plupart des scènes reposent sur les circonstances créées par la petite taille des Minimoys. Par exemple, les héros passent 20 bonnes minutes dans la chambre d’Arthur, à essayer tous ses jouets : amusant, mais pas indispensable à l’avancée de l’intrigue. Le comble est atteint avec les dialogues, qui battent le record du mauvais. Nous seulement les phrases échangées sont banales, mais en plus elles sont souvent répétées à plusieurs reprises. Cela conviendra certainement aux plus jeunes, mais ne propose pas de double lecture pour les plus grands, ce qui est assez dommage pour un film de cette envergure.
Pour ma part j’ai assez souvent ri de la nullité générale et ai apprécié de retrouvé les doublures de Gérard Darmon et Marc Lavoine. Pour ceux qui n’ont pas vu les deux premiers épisodes, le mot exact est « consternation ».

En conclusion :
A voir pour compléter la trilogie, sinon mieux vaut passer son chemin.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
–  Le miel
–  Les moustiques
–  Les égouts
–  Les trains électriques

1 Comment

  1. Et bien, tu n'es pas tendre avec ce film.

    J'avoue que n'ayant pas vu le 2 et ne voulant pas le voir, tu me confortes dans mon idée.
    Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *