La Musardine (collectif) : Osez… 20 histoires de voyeurs et d’exhibitionnistes et 20 histoires de chasseuses d’hommes

Ce que l’éditeur nous dit :
Qui n’a jamais rêvé de s’exhiber ?
Vous aimez mater votre voisin ou votre voisine d’en face ? À moins que vous ne préfériez vous exhiber devant vos fenêtres ? Dans un cas comme dans l’autre ce livre est fait pour vous ! Plus inspirées que jamais, les plumes de la collection « Osez 20 histoires » ont en effet exploré toutes les situations possibles : femme qui drague des amants de passage dans le seul plaisir de s’exhiber avec eux devant son voisin, couple qui découvre un système de vidéo surveillance dans une maison de location et décide de s’amuser un peu, femme esseulée amoureuse de sa voisine qu’elle photographie en compagnie de ses amants, couple qui découvre les joies de l’exhibitionnisme à l’occasion d’un flagrant délit de fellation sur un parking d’autoroute… De pages en pages, les auteurs de ces vingt nouvelles érotiques exhiberont leurs fantasmes les plus inavouables pour votre plus grand plaisir voyeur.
Quand les femmes deviennent prédatrices
Les filles qui se laissent draguer passivement en laissant prendre toutes les initiatives aux hommes, c’est du passé ! Tour à tour Lolita délurée en quête de son Humbert, hôtesse de l’air dans une compagnie aérienne de luxe résolue à croquer du milliardaire, cougar obsédée par le meilleur ami de son propre fils, analysante narcissique qui met tout en oeuvre pour conquérir son psy, dans Osez 20 histoires de chasseuses d’hommes, les femmes se font prédatrices… et parviennent souvent à leurs fins ! Au grand plaisir de leurs proies masculines, qui contrairement aux préjugés, adorent être chassés…

Ce que j’en pense :
Moi qui répugne à la seule idée d’ouvrir un roman du type Harlequin (car soyons honnête, l’Harlequin n’est ni plus ni moins que du roman érotique déguisé/caché sous de la mièvrerie), je ne pensais pas un jour lire de mon plein gré un deux recueils de nouvelles coquines. Comme quoi tout peut arriver ! Pour moi tout a commencé le jour où l’une de mes amies fut publiée (et non il ne s’agit pas d’une fille bizarre, mais bel et bien d’une personne merveilleuse). La curiosité m’a donc poussé à découvrir ses textes… puis à poursuivre sur celles des autres écrivains. Car au final j’ai bien aimé. Je suis toujours autant fascinée (je l’ai sûrement déjà dis plusieurs fois dans ce blog), sur les milles et unes idées qui peuvent surgir selon les personnes à partir d’une thématique de départ identique. La conception même de l’érotisme recouvre à elle seule bien des variantes, de la passion suggérée au carrément trash. La palette de synonymes et expressions qui peuvent exister, pour au final décrire la même chose, montre l’infini des possibles de l’imagination. Vraiment fascinant.
Pour terminer j’ai trouvé les textes globalement de bonne qualité. Alors que je m’attendais à de la littérature de bas étage, il s’y trouve étonnement de bonnes idées. Un excellent moyen pour les écrivains en herbe de s’exercer!
Et puis Maïa est bien la preuve que “sexe” peut rimer avec “qualité” !

Conclusion :
Une bonne surprise !

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les dominos
– les sites internet
– les vacances d’été
– les petits jeunes

2 Comments

  1. J'aime bien ta conclusion 🙂 Au final je ne crois avoir lu que les nouvelles de la même amie (géniale) en purement érotique. Toutefois certains auteurs ne se privent pas de détails dans leur livres "non érotique" et je trouve que finalement, une fois la surprise passée, ce n'est que naturel de décrire cela tout aussi dans le détail que le reste des événements, du moment que ça reste justement au même niveau. Bref à tester pour moi la nouvelle érotique en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *