Ken Follet : Un monde sans fin

Ce que l’éditeur nous dit :
1327. Quatre enfants sont les témoins d’une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d’enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait bien mettre en danger la couronne d’Angleterre. Ce jour scellera à jamais leurs destinées…
Gwenda, voleuse espiègle, poursuivra un amour impossible ; Caris, libre et passionnée, qui rêve d’être médecin, devra défier l’autorité de l’Église, et renoncer à celui qu’elle aime ; Merthin deviendra un constructeur de génie mais, ne pouvant épouser celle qu’il a toujours désirée, rejoindra l’Italie pour accomplir son destin d’architecte ; Ralph son jeune frère dévoré par l’ambition deviendra un noble corrompu, prêt à tout pour satisfaire sa soif de pouvoir et de vengeance.
Prospérités éphémères, famines, guerres cruelles, ravages féroces de la peste noire… Appuyée sur une documentation historique remarquable, cette fresque épique dépeint avec virtuosité toutes les émotions humaines, à travers un demi-siècle d’histoire mouvementée…

Ce que j’en pense :
C’est malheureux à dire, mais ce qui m’a le plus marqué dans ce livre, c’est son poids : 1296 pages reliées en un seul volume, que j’ai transportées durant un mois. Mon sac a rendu l’âme et mon dos s’en souvient. Une édition en deux tomes aurait été plus que bienvenue…
Mais, je ne regrette rien. Son prélude, Les piliers de la Terre, faisant partie des livres m’ayant le plus marqués, je partais déjà conquise. J’ai eu le plaisir de découvrir cette fois l’auteur en version originale, dans une écriture toujours aussi bien documentée.
On y retrouve le principe des différents personnages dont on suit en parallèle les péripéties de toute une vie, dont les destins se croisent et se décroisent. L’histoire est bien ficelée, l’intrigue toujours soutenue.
Cela dit, on en viendrait presque à se demander où l’auteur veut en venir. Car l’histoire ne finit jamais. Chaque difficulté surmontée est rapidement remplacée par une nouvelle épreuve. Impossible de se reposer. Même une fois la dernière page tournée, comment ne pas se demander si les héros vont vraiment vivre la vie tranquille qu’ils ont méritée ? Mais c’est aussi ce qui fait tout le charme de cette œuvre, car elle n’en est que plus réaliste. Une vie sans rebondissement serait bien fade…

Conclusion :
Un long moment, mais un grand moment. A lire surtout par les nostalgiques des Piliers de la Terre.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– Le moyen-âge
– L’architecture
– La peste noire
– Les reliques

4-C3A9toiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *