Jonathan Safran Foer : Faut-il manger les animaux ?

Ce que l’éditeur nous dit :
Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons? Convoquant souvenirs d’enfance, données statistiques et arguments philosophiques, Jonathan Safran Foer interroge les croyances, les mythes familiaux et les traditions nationales avant de se lancer lui-même dans une vaste enquête. Entre une expédition clandestine dans un abattoir, une recherche sur les dangers du lisier de porc et la visite d’une ferme où l’on élève les dindes en pleine nature, J.S. Foer explore tous les degrés de l’abomination contemporaine et se penche sur les derniers vestiges d’une civilisation qui respectait encore l’animal. Choquant, drôle, inattendu, ce livre d’un des jeunes écrivains américains les plus doués de sa génération a déjà suscité passions et polémiques aux Etats-Unis et en Europe.

Ce que j’en pense :
Enfin un livre sur la question animale largement médiatisé, preuve que le monde commence à être prêt à se poser des questions. L’environnement fait aujourd’hui parti des sujets incontournables de l’actualité. En tant que particulier, on peut trier, on peut éviter de laisser couler l’eau du robinet, favoriser les transports en commun, etc. C’est mieux que rien, mais l’impact reste bien faible comparé aux volumes de pollution engendrés par les entreprises. Arrêter ou réduire sa consommation de viande, par contre, enfin un moyen simple et efficace de faire la différence, de limiter la déforestation, les gâchis en eaux, la pollution, etc. Si vous ne le faite pas pour vous, faite le pour la planète (ou pour vos enfants) et commencer par lire Faut-il manger des animaux ! ^^
Mais voilà que je révèle tout le contenu du livre, moi partisante de l’anti-spoiler. Mais c’est peut être le plus drôle avec ce genre de bouquin, qu’avant même de l’ouvrir on se doute déjà de ce que l’on va y trouver. La réponse est presque évidente. Pourtant il faudra faire l’effort de passer la couverture pour réellement prendre la mesure de ce qu’est l’élevage industriel. Des faits, des chiffres, l’expérience personnelle de l’auteur, rien de plus. Le but n’est pas de convaincre à tout pris de devenir végétarien, mais d’informer et de laisser chacun arriver à ses propres conclusions.

Conclusion :
Une très très bonne question, qui mérite largement que chacun se la pose.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– la santé
– l’environnement
– la morale
– le bon sens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *