James Mangold : Wolverine, le combat de l’immortel (The Wolverine)

Ce que le synopsis nous dit :
Wolverine, le personnage le plus emblématique de l’univers des X-Men, est entraîné dans une aventure ultime au cœur du Japon contemporain. Plongé dans un monde qu’il ne connaît pas, il doit faire face au seul ennemi de son envergure, dans une bataille à la vie à la mort. Vulnérable pour la première fois et poussé au bout de ses limites physiques et émotionnelles, Wolverine affrontera non seulement l’acier mortel du samouraï mais aussi les questions liées à sa propre immortalité.

Ce que j’en pense :
Je pars toujours très optimiste quand il s’agit de la série de films X-men, fortement influencée par une sœur fan absolu du genre. Si j’avais noté de nombreuses imperfections dans le précédent opus, celui-ci était riche en explications quant à l’historique des personnages et à leurs relations respectives. Cette qualité fait cruellement défaut à Wolverine… Le seul élément psychologique présent est une série de cauchemars qui hantent les nuits de notre héros (bouh, bouh, bouh vilains cauchemars). C’est important comprenez vous, parce que quand on dort mal le lendemain on est de mauvais poil toute la journée, ce qui est particulièrement vrai chez Wolverine. Bref. A mon sens tout le reste tient de l’anecdote. Puisqu’on se doute bien qu’à un moment dans sa vie (longue vie, parce qu’avec le coup de l’immortalité la belle affaire peut durer un paquet de temps) il a eu l’occasion de faire des rencontres sympas, des rencontres pas sympas, des rencontres qui ont l’air sympas au début mais, en fait non pas du tout c’était un piège, des bagarres, tout ça, tout ça. Ah si, je suis mauvaise langue, on apprend tout de même que Wolverine (attention spoiler) n’aime pas l’avion !!! Non ?!? Incroyable mais vrai. Et si je me vois ici obligée de jouer la carte de l’humour (bon ou mauvais, là n’est pas la question, car c’est l’intention qui compte), c’est que le réalisateur n’a pas été capable de caser une seule blague notable dans ses 120 minutes de pellicule. La honte !
Niveau action par contre, on en a pour son pesant de cacahuètes et absolument pas le temps de s’ennuyer. C’est déjà ça.
Un aspect tout de même très plaisant de ce volet est le lieu de l’action, car tout se passe au pays du soleil levant. Et les responsables du casting ont même eu la bonne idée de recruter de vrais acteurs japonais (pour la plupart – attention un nom coréen s’est glissé dans le générique, saurez vous le retrouver ?), qui s’expriment dans leur langue natale. Et ça c’est chouette !

Conclusion :
Ok vous pouvez quand même aller le voir.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– la fidélité
– les mécas
– les flèches
– le réflexe bizarre qui fait que quand on est accroché on essai d’abord de tirer avant de penser à vérifier ce qui nous retient


4 Comments

  1. Emilie Hudréaux

    Salut Aude,
    Merci pour ta critique, en voyant le trailer du film au cinéma j'avais déjà eu peur de ce que pourrait être le film, mais là, au moins, je sais à quoi m'attendre, j'attendrai la sortie DVD ! XD

  2. Vu !

    Pour ma part, j'ai eu quelques éclats de rire et j'ai bien aimé le film. Après ce qui m'a le plus gêner n'était pas la motivation de l'acteur, mais son âge. Parce que, bien que je sache qu'on peut pas aller contre le temps, c'est si dommage de voir un Wolverine plus vieux que dans les premiers X-Men alors qu'il est sensé ne jamais vieillir justement.

    Par contre, tout comme toi j'ai trouvé les passages avec Jean Grey nuls, parce qu'ils ont jamais été ensemble et que s'était trop. Et je te rejoins sur le japonais, parce que s'est jouissif de comprendre ce que racontent les gens sans aide des sous-titres 😀

    • Ah bon ils n'ont pas du tout été ensemble ? Je ne m'en souvenais pas.
      Maintenant que tu le dis c'est vrai que pendant le film je m'étais fait plusieurs fois la réflexion qu'il avait pris un sacré coup de vieux…
      Le problème n'est pas la motivation de l'acteur, car il joue bien ce rôle quand même (avec ses petits cheveux en pic il fait tout à fait loup), mais l'intérêt du scenario pour apprendre des choses sur le personnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *