Jake Schreier : Robot and Frank

Ce que le synopsis nous dit :
Dans un futur proche. Frank, gentleman cambrioleur à la mémoire fragile, vit en vieux solitaire grincheux jusqu’au jour où son fils lui impose un nouveau colocataire : un robot! Chargé de s’occuper de lui, celui-ci va bouleverser la vie du vieil ours. Frank va nouer une vraie relation avec son robot jusqu’à mettre au point un braquage des plus inattendus. Robot & Frank : le tandem le plus improbable de l’année.

Ce que j’en pense :
Comme on pouvait s’y attendre avec un tel sujet, Robot and Franck est un film tour à tour drôle et triste, touchant. Mais il est également surprenant, un rien décalé, avec beaucoup de bonnes surprises. Côté casting, des têtes connues fidèles à elles mêmes (donc plutôt positif, sauf pour Liv Tyler à qui au final on ne peut confier que des rôles de neuneu) et un visage que je ne connaissais pas alors qu’il a un passif long comme le bras, celui de Frank Langella, loin de ressembler à l’américain moyen il n’y a ici rien à lui reprocher.
Le film se fait à la fois juge et avocat des nouvelles technologies. D’une part, elles sont représentées comme tirant sans vergogne un trait sur le passé, voir même parfois désobligeantes en la personne de Jake. Ce dernier est la caricature même du jeune cadre geek, riche et dynamique qui pense tout savoir. D’un autre côté, on a le personnage du Robot, intelligence artificielle à l’apogée de l’informatique, au départ mal accueilli mais qui révélera bien vite toutes ses qualités. Par ailleurs, j’ai beaucoup aimé le parallèle entre la mémoire du robot et celle de Franck.

Conclusion :
Parce que la poésie est partout.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– les tomates
– les comptes à rebours
– les plans
– le Turkmenistan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *