J. K. Rowling : Une place à prendre

Ce que l’éditeur nous dit :
Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre…
Comédie de moeurs, tragédie teintée d’humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.

Ce que j’en pense :
Effectivement, ce le dernier romande de J. K. Rowling est plus destiné à un public adulte que la celui de la saga Harry Potter. Sous cette nouvelle plume, aucune référence à la magie ou la fantaisie n’a survécue. Aucune référence à la joie ou l’espérance non plus. Le “teinté d’humour noir” annoncé par la quatrième de couverture lui même est assez optimiste, car je n’ai vu nulle trace d’humour (toutes couleurs confondues) parmi ces 508 pages. Par contre, j’y ai vu du glauque, du désespoir, de la fatalité, du cynisme, en veux tu, en voilà.
L’auteur tente de nous montrer les dessous de ces petites banlieues aux apparences tranquilles, mais où le mal se cache derrière chaque rideau en dentelle. Pourquoi pas. Mais tout ce mal, à ce point, derrière chaque rideau, c’est vraiment trop. Sans compter sur la seule issue possible présentée : fuir vers les grandes villes et la civilisation (c’est bien connu les citadins sont plus heureux – ah mais la voilà la touche d’humour!).
Par ailleurs, j’ai été assez gênée par le style d’écriture “trop parfait”, “trop maîtrisé”. Oui J. K. Rowling sait écrire, mais encore une fois, où sont la fraîcheur et la fantaisie ?

Conclusion :
Le charme a cessé de fonctionner.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– le SQL
– les ragots
– les secrets
– les cris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *