Honoré de Balzac : Le père Goriot

Ce que l’éditeur nous dit :
La triste aventure du père Goriot pourrait se dérouler dans l’indifférence générale, sans le regard de son voisin de palier, Eugène de Rastignac. Lorsque ce provincial vient à Paris faire ses études de droit, il est encore plein d’illusions. Mais il découvre bientôt les règles cyniques qui gouvernent la société, vaste comédie sacrifiant sur son autel ceux qui ignorent son jeu cruel. Tout autant que la tragédie d’un vieillard, Le Père Goriot est le récit de l’apprentissage, par un jeune homme sans expérience, du pouvoir de l’argent dans les relations humaines. Au moment même où il rédige ce chef-d’œuvre, Balzac invente un cycle romanesque immense, dans lequel les personnages, reparaissant d’une œuvre à l’autre, offrent une peinture de la société tout entière : La Comédie humaine.

Ce que j’en pense :
Au cours de cette lecture, j’ai vu et entendu bien des réactions négatives vis à vis du Père Goriot. Nombreux sont ceux qui en gardent le pénible souvenir d’une lecture imposée au programme scolaire et ne comprenant pas l’intérêt d’un pareil “pavé” aux descriptions rébarbatives.
J’ai eu la chance d’être « préservée » de Balzac jusqu’alors et de le découvrir avec une version sans notes de bas de page. Ce me parait d’être effectivement le type de roman pour lequel il faut une certaine expérience en terme de lecture pour pouvoir l’apprécier.
Ainsi, non seulement je n’ai pas été ennuyée par cette lecture, mais je l’ai même trouvée plutôt courte. A aucun moment je n’ai été indisposée par les descriptions, dont je n’ai pas remarqué qu’elles étaient plus abondantes que de raison (pourtant l’une des causes pour lesquelles je n’ose pas me lancer dans du Tolkien).
Sans être transcendée, j’ai apprécié découvrir ce Paris, cette époque, cette analyse des moeurs et de la société. Je ne sais pas encore si je lirais d’autres extrait de la comédie humaine, mais je me suis déjà auto-spoilée en découvrant sur wikipédia ce qu’il advenait de certains personnages… oups.

Conclusion :
Pas le coup de coeur mais sympathique tout de même.


A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les introductions
– les lettres de change
– les dots
– les calèches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *