Hirokazu Koreeda : Tel père, tel fils (Soshite Chichi ni Naru – そして父になる)

Ce que le synopsis nous dit :
Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l’hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste… 

Ce que j’en pense :
Ce n’est pas la première fois que le thème de l’échange des enfants est abordé, loin de là. Mais quand il s’agit d’un réalisateur japonais derrière la caméra, décrivant sa société, tout prend un autre sens. Ici la vraie question est celle de savoir ce qui définit la paternité. Etre père, qu’est ce que cela signifie ? Qu’est-ce qui compte vraiment, à quoi cela se mesure t-il ? Au temps passé ensemble, à la complicité, à des valeurs communes, à la ressemblance physique ou comportementale, aux liens du sang, un peu de tout ça, ou tout autre chose ? En tout cas la relation parents/enfants n’est jamais anodine.
Le film s’écoule lentement, au fil des saisons, prenant son temps pour nous narrer la complexité des relations qui unissent les différents protagonistes, loin d’être ennuyeux il nous plonge complètement dans le quotidien de ces deux familles plus qu’attachantes.

Conclusion :
Un film touchant.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– les ampoules
– les maquettes
– les roses
– les cerfs-volants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *