Hélène Grémillon : Le confident

Ce que l’éditeur nous dit :
Camille vient de perdre sa mère. Parmi les lettres de condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d’abord à une erreur mais les lettres continuent d’arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend qu’elle n’est pas étrangère au terrible secret que cette correspondance renferme. Dans ce premier roman sur fond de Seconde Guerre mondiale, Hélène Grémillon mêle de main de maître récit historique et suspens psychologique. Le confident a obtenu cinq prix littéraires et été traduit en dix-huit langues.

Ce que j’en pense :
Le point négatif de ce roman est qu’il s’agit d’une énième saga se déroulant du temps de la seconde guerre mondial. A bien y réfléchir l’histoire, l’atmosphère et même la construction, sans être des plus banales, sonnent un air de déjà vu. C’est à la fois tragique et tellement prévible. Pourtant une narration plaisante donne tout de même à vouloir poursuivre la lecture. C’est finalement dans le dernier quart du bouquin que l’histoire prend une nouvelle dimension, par l’addition de nouveaux points de vue qui changent tout. Mais ce n’est pas fini, car l’auteur nour permet de prendre une fois de plus du recul sur la situation, d’élargir notre point de vue, pour cette fois vraiment nous surprendre. Entre vérités et réalités…

Conclusion :
Un roman parmi tant d’autres, mais avec son petit petit truc.


A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les rideaux
– les bulles de champagne
– les bureaux de poste
– les églises

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *