Guy Ritchie : Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E (The Man from U.N.C.L.E.)

Ce que le synopsis nous dit :
Au début des années 60, en pleine guerre froide, Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E. retrace l’histoire de l’agent de la CIA Solo et de l’agent du KGB Kuryakin. Contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral, les deux hommes s’engagent dans une mission conjointe : mettre hors d’état de nuire une organisation criminelle internationale déterminée à ébranler le fragile équilibre mondial, en favorisant la prolifération des armes et de la technologie nucléaires. Pour l’heure, Solo et Kuryakin n’ont qu’une piste : le contact de la fille d’un scientifique allemand porté disparu, le seul à même d’infiltrer l’organisation criminelle. Ils se lancent dans une course contre la montre pour retrouver sa trace et empêcher un cataclysme planétaire.

Ce que j’en pense :
Reprenant à la lettre les codes des films d’espionnage des années 60 (sous-titres en police orange d’époque incluse), Guy Ritchie nous livre ici un film plaisant. Les tenues en particulier sont très travaillées (merci Joanna Johnston), tant et si bien que celles-ci sont le centre de plus d’une scène du film.
J’ai trouvé dommage par contre que les nationalités des protagonistes ne concordent pas avec les acteurs qui les représentent : une suédoise joue une allemande, un américain joue un russe, et un britannique joue un américain… pas logique tout ça. Cela dit je ne peux pas vraiment me plaindre, car j’en ai pris plein les mirettes avec Armie Hammer (qui ne m’avait pas paru à ce point éblouissant dans The social network ou J. Edgar).
Au vu du tableau, une suite des aventures du trio infernal est à présager, que j’aurais alors plaisir à retrouver.

Conclusion :
Un bon divertissement

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
les bagues
les mouchards
les montres bracelet
les parades nuptiales


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *