Goro Miyazaki : La Colline aux Coquelicots (Kokuriko-zaka kara)

Ce que le synopsis nous dit : Umi est une jeune lycéenne qui vit dans une vieille bâtisse perchée au sommet d’une colline surplombant le port de Yokohama. Chaque matin, depuis que son père a disparu en mer, elle hisse face à la baie deux pavillons, comme un message lancé à l’horizon. Au lycée, quelqu’un a même écrit un article sur cet émouvant signal dans le journal du campus. C’est peut-être l’intrépide Shun, le séduisant jeune homme qu’Umi n’a pas manqué de remarquer…
Attirés l’un par l’autre, les deux jeunes gens vont partager de plus en plus d’activités, de la sauvegarde du vieux foyer jusqu’à la rédaction du journal. Pourtant, leur relation va prendre un tour inattendu avec la découverte d’un secret qui entoure leur naissance et semble les lier…
Dans un Japon des années 60, entre tradition et modernité, à l’aube d’une nouvelle ère, Umi et Shun vont se découvrir et partager une émouvante histoire d’amitié, d’amour et d’espoir.

Ce que j’en pense :
Contrairement à ma dernière expérience Ghiblienne, La Colline aux Coquelicots m’a permit de passer un bon moment. L’histoire, tout gentillette, est bine menée, nous transportant dans le Japon d’après guerre, celui où tout le monde a perdu un être cher. Il s’agit d’un petit bout de quotidien, celui de deux adolescents poussés par les circonstances à grandir trop vite. On peut d’ailleurs y voir une propagande pour le peuple japonais, prêt à travailler dur et toujours sans rechigner quelques soient les circonstances.
On notera cependant quelques maladresses dans l’enchaînement des situations, le point central n’étant pas vraiment défini ou tout du moins changeant, sans transitions ni raisons apparentes. Il semble tout simplement que le réalisateur se soit éparpillé.
Enfin je dirais que s’il s’agit d’un dessin animé sympathique, seul sa provenance des studios Ghibli justifie sa place dans un cinéma. Au même titre qu’un Retour de Jafar ou La petite sirène 2, une sortie directe en DVD (ou diffusion sur petit écran) aurait largement suffit.

Conclusion :
Conviendra bien à une soirée DVD.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– l’absence de coquelicot
– les bateaux
– la peinture
– les drapeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *