George R.R. Martin : Le Trône de fer l’Intégrale, Tome 2

Ce que l’éditeur nous dit :
Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s’en sortiront indemnes…

Ce que j’en pense :
Rappelons que j’avais bien aimé le tome 1 du Trône de fer, mais pas tant que ça. En fait, hormis quelques passages ici et là, c’était surtout les derniers chapitres, totalement imprévisibles et donc très prometteurs, qui m’avaient quand même donné envie de lire la suite. Ajoutons à cela ma poursuite de l’adaptation en série : une fois accepté le choix des acteurs, il s’agit d’une série plutôt bonne, voire excellente car tout à fait captivante (et un thème sonore grandiose).
Et voilà, je suis finalement venue à bout de ce second tome. Je dois bien avouer qu’à se niveau là je ne prévoyais plus rien du tout et qu’à l’heure actuelle je n’ai pas la moindre idée de comment cela va se terminer. Bon point ? Oui et non. Car je reprocherais quand même un certain grand n’importe quoi. Parfois, il aurait mieux fait de se passer de cette surabondance de faux rebondissements. Certains chapitres sont même carrément inutiles. Beaucoup de blabla pour se rendre compte que l’intrigue n’avance pas si rapidement. Mais la je pinaille une peu, et puis comme l’écriture reste toujours agréable, pourquoi pas. Le défaut majeur plus difficilement pardonnable est d’avoir complètement gâché ses personnages. Au départ, ceux ci étaient globalement caricaturaux. Maintenant, il finissent par tous se ressembler (intrigants, égoïstes, essayant de se sortir tant bien que mal des situations dans lesquelles ils se sont idiotement fourvoyé). Encore une fois, je veux bien admettre que j’exagère le trait, mais ce qui est certain, c’est que toute empathie que je pouvais avoir pour certains d’entre eux à disparu. Lorsque l’on arrive au point où n’importe lequel des personnages principaux pourrait mourir sans ne faire ni chaud ni froid au lecteur, c’est bien qu’il y a un petit problème. Encore une fois, George R.R. Martin ne sait pas jouer de demi-mesure, rendant par la même tous ses protagonistes antipathiques. Heureusement que la série est là pour rattraper le coche…

Conclusion :

La suite au prochain épisode.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :

– les vœux
– les rêves
– les bateaux
– la soupe

1 Comment

  1. Je crois que je n'ai plus envie de me lancer dans des séries à rallonge comme ça… Merci d'avoir participé au challenge Dragon 2012. Passe un bel été !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *