Gavin Hood : La strategie Ender (Ender’s game)

Ce que le synopsis nous dit :
Dans un futur proche, une espèce extraterrestre hostile, les Doryphores, ont attaqué la Terre. Sans l’héroïsme de Mazer Rackham, le commandant de la Flotte Internationale, le combat aurait été perdu. Depuis, le très respecté colonel Graff et les forces militaires terriennes entraînent les meilleurs jeunes esprits pour former des officiers émérites et découvrir dans leurs rangs celui qui pourra contrer la prochaine attaque. Ender Wiggin, un garçon timide mais doté d’une exceptionnelle intelligence tactique, est sélectionné pour rejoindre l’élite. A l’académie, Ender apprend rapidement à maîtriser des manoeuvres militaires de plus en plus difficiles où son sens de la stratégie fait merveille. Graff ne tarde pas à le considérer comme le meilleur élément et le plus grand espoir de l’humanité. Il ne lui manque plus qu’à être formé par Mazer Rackham lui-même, pour pouvoir commander la Flotte lors d’une bataille homérique qui décidera du sort de la Terre.


Ce que j’en pense :
Outre sa popularité, Harisson Ford n’a que peux de raisons d’apparaître en si gros sur l’affiche de Ender’s game, le film reposant essentiellement sur l’excellente prestation d’Asa Butterfield.
Pour ce qui est du contenu, difficile à décrire. On trouve beaucoup de profondeur dans ce récit, même si on sent que l’on ne fait que toucher du doigt toutes les idées abordées par l’auteur de l’oeuvre originale. A noter également ce choix d’utiliser des protagonistes jeunes de cette manière, qui lui aussi appartient clairement au monde de la littérature. J’ai donc bien l’intention de lire prochainement l’ouvrage d’Orson Scott Card.
Ce qui est intéressant dans Ender’s game, est que tout y est centré sur la psychologie des personnages. La guerre est abordée de façon détournée, ce n’est presque qu’un jeu (on peut aussi s’interroger en prenant cette phrase à l’envers). Elle n’est pas une fin en soi, et il ne s’agit certainement pas d’un film d’action, même si son existence même a des conséquences sur les individus. Enfin, j’ai bien accroché à la philosophie.

Conclusion :
Un chouette film

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– les formations
– les douches
– la communication
– les insectes

5 Comments

  1. Pingback: Justin Lin : Star Trek sans limites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *