Françoise Kerisel : Bashô – Le fou de poésie

Ce que l’éditeur nous dit :
Bashô sera-t-il samouraï? Lui qui aime tant la paix, les pinceaux, la neige… Il choisit les chemins vagabonds et devient au japon l’illustre auteur de ces courts poèmes de trois vers, les haïkus. Bashô ouvre des ateliers de poésie. Et chacun, homme ou femme, jeune ou vieux, dans le japon des villes et des campagnes de ce XVIIe siècle, rit, s’instruit, s’initie aux haïkus… Frédéric Clément a préparé ses propres couleurs et choisi ses papiers japonais pour peindre l’histoire véridique de Bashô, contée par Françoise Kerisel.

Ce que j’en pense :
Un objet très sympathique, tant dans le fond que dans la forme, que je n’aurais probablement jamais eu l’idée d’ouvrir sans le challenge Sur les pages du Japon. Pour ce mois de janvier 2013, nous sommes invités à découvrir les haïkus. De ce type d’écriture je savais seulement leur brièveté et leur référence à la nature. Les seuls textes lus se réduisaient aux multiples visionnages du film Mes voisins les Yamada, dont les chapitres sont entrecoupés de ces courts poèmes.
Bashô, le fou de poésie propose nous seulement quelques textes, mais également de découvrir la vie de l’un des auteurs les plus connus du genre, tout en nous faisant entrer dans “l’esprit” des haïkus. Un soin particulier a été apporté aux illustrations, aux matériaux utilisés et au format.
Sans parler de révélation absolue je suis plutôt contente de cette initiation qui me permet de mieux apprécier le genre.

Conclusion :
Pour s’ouvrir l’esprit.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les incendies
– les papillons
– les piments
– les pinceaux

3 Comments

  1. Deja parvenir a associer les yamada et le haiku, ce doit etre une reussite. Le haiku doit alors prendre un autre sens… et inversement.
    J'aime bien le livre a toucher :plaisir de la lecture et des sens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *