Evelyne Lagardet : Un rêve français

Ce que l’éditeur nous dit :
Istanbul, fin du XIXe siècle. Bohor, le fils aîné d’une famille juive séfarade, vit au sein de sa communauté, dans une extrême pauvreté. Mais, alors que tout le détermine à reproduire le destin misérable de ses parents, il décide très tôt de devenir l’artisan de sa propre vie. Sous l’égide d’un maître lumineux, et contre la volonté de son père, il apprend le métier de la restauration des tapis anciens et les secrets ancestraux des teintures. Empreint de cet art occulte, de sa sensualité comme de ses mystères, il peut enfin émigrer pour la France, le pays de tous ses rêves, celui des droits de l’homme et de la liberté.
Au-delà du déracinement, des déchirures de l’émigration, des difficultés de l’intégration, son amour de la vie lui permet de trouver dans son pays d’accueil tout ce qu’il a espéré : une citoyenneté, la réussite sociale, l’amour, une famille. Jusqu’aux sombres jours de l’Occupation. Inspiré d’une histoire vraie, Un rêve français nous invite à partager le parcours initiatique, haut en couleur, d’un jeune immigré qui a cru jusqu’au bout au rêve français comme d’autres ont cru au rêve américain.

Ce que j’en pense :
Je ne suis pas tout à fait objective sur ce bouquin, qui raconte l’histoire (romancée) de de l’un de mes aïeux. M’appuyant sur l’avis des personnes de ma connaissance l’ayant lu, toutes l’ayant aimé, voire adoré, je peux pourtant affirmer qu’il s’agit d’un excellent cru.
Pour écrire ce livre, Evelyne Lagardet a investigué pendant dix ans, multipliant les recherches et les rencontres afin de s’imprégner totalement de l’univers qu’à connu son grand-père à l’époque. Et cela se sent. Pourtant aucune lourdeur dans le texte, juste une écriture douce et légère qui laisse à peine transparaître toute la profondeur cachée derrière les mots. Un pur délice.
J’ai eu la chance de lire également la “première version”, celle qui ne fut pas soumise à l’opinion tranchante de l’éditeur. Certains personnages n’en faisait pas partie (comme la devineresse), certains passages en ont été censurés (en particulier une introduction absolument bouleversante mais peut être un peu trop brute pour le lecteur), bref elle me paraissait plus authentique. Mais cette variante, à laquelle vous pouvez avoir accès, mérite tout de même largement le détour. Elle vous propose un voyage, dans tous les sens du terme.

Conclusion :
A lire absolument.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les tapis
– la résilience
– la volonté
– la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *