Emmanuel Guibert et Joann Sfar : Les Olives noires (tomes 1 à 3)

Ce que l’éditeur nous dit :
« Papa ? Si l’Éternel te disait de monter sur une colline et de me sacrifier, comme il l’a fait pour Abraham… Tu obéirais ?
? Bien sûr. »
Ainsi répond Yaacov à son fils Gamaliel. Nous sommes à Jérusalem, à l’époque du Christ. Gamaliel, un petit garçon de 10 ans, et son père viennent sacrifier un bouc au Temple pour la fête du Pessach. Mais Yaacov se heurte aux gardiens du Temple lors d’une rixe qui tourne à l’émeute, réprimée par la légion romaine. Dès lors, Yaacov, considéré comme le meneur, se retrouve hors-la-loi et doit quitter la ville alors qu’il vient d’être séparé de son fils. Gamaliel est recueilli par deux soldats déserteurs, Cotus et Camulos, qui l’emmènent dans leur fuite. Révoltes, répressions : Gamaliel va être entraîné malgré lui dans la grande aventure… sous les oliviers de Judée.

Ce que j’en pense :
Emmanuel Guibert au crayon et Joann Sfar à la plume. Si je ne connaissais pas le premier, j’avais déjà eu l’occasion d’apprécier le second à travers son biopic sur Gainsbourg, et surtout le Chat du rabbin (version film et bande-dessinée).
De ce dernier, on retrouve ici le principe de l’histoire qui parle en réalité de judaïsme, abordé à une époque bien particulière. Si ces trois tomes ne sont pas désagréables à lire (et très courts), je garde tout de même une impression mitigée. Je n’ai pas très bien compris où l’auteur voulait nous emmener. Le fait que la suite (et fin?) soit en stand by depuis plusieurs années n’aide en rien. On sent une volonté de réflexion, mais celle ci est floue, mal construite. Il faudrait décidément voir comment se profile la suite, qui mettrait peut être de l’ordre dans tout ça.

Conclusion :
Mitigée

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les chèvres
– les statues
– la garde
– les pagnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *