Emmanuel Carrère : D’autres vies que la mienne

Ce que l’éditeur nous dit :
À quelques mois d’intervalle, la vie m’a rendu témoin des deux événements qui me font le plus peur au monde : la mort d’un enfant pour ses parents, celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari. Quelqu’un m’a dit alors : tu es écrivain, pourquoi n’écris-tu pas notre histoire ? C’était une commande, je l’ai acceptée. C’est ainsi que je me suis retrouvé à raconter l’amitié entre un homme et une femme, tous deux rescapés d’un cancer, tous deux boiteux et tous deux juges, qui s’occupaient d’affaires de surendettement au tribunal d’instance de Vienne (Isère). Il est question dans ce livre de vie et de mort, de maladie, d’extrême pauvreté, de justice et surtout d’amour. Tout y est vrai.

Ce que j’en pense :
Ce livre est soit disant celui dans lequel Emmanuel Carrère met de côté sa personne pour parler enfin des autres. Mais, fidèle à lui même, il reste malgré tout au coeur du roman, spectateur centrale de ces vies qui l’entoure. Déjà le titre, la présence d’un pronom possessif annonce la couleur. Il ne peut pas se contenter de narrer, il faut absolument qu’il y associe son histoire personnelle. Et c’est précisément cet investissement que j’aime autant dans son écriture.
Le début du livre est assez difficile à lire, avec un événement aussi tragique que soudain. Et l’après. La suite est plus facile, en apparence tout du moins, car on y parle alors de difficultés (mais aussi des joies et réussites) qui s’étalent dans une existence.
Sans contexte beaucoup de passages sont touchants et donnent à réfléchir au sens de la vie, au sens du bonheur. La vision d’Emmanuel Carrière évoluent au fil des pages de façon très positive. D’autres vies que la mienne nous rappelle à quel point il est important de chérir nos proches, de prendre conscience de la chance qu’ils soient à nos côté. Et même si cette pensée ne dure que le temps la lecture, c’est déjà ça. Il rappelle également que quoi qu’il arrive, peut être différente, peut être avec toujours cette petite douleur quelque part, mais toujours la vie continue.

Conclusion :
Un livre poignant et quelque part apaisant.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les préparatifs
– la persévérance
– le lâcher prise

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *