Duong Thu Huong : Terre des oublis

Ce que l’éditeur nous dit :
Alors qu’elle rentre d’une journée en forêt, Miên, une jeune femme vietnamienne, se heurte à un attroupement : l’homme qu’elle avait épousé quatorze ans auparavant et qu’on croyait mort en héros est revenu. Entre-temps Miên s’est remariée avec un riche propriétaire terrien, Hoan, qu’elle aime et avec qui elle a un enfant. Mais Bôn, le vétéran communiste,
réclame sa femme. Sous la pression de la communauté, Miên retourne vivre avec son premier mari. Au fil d’une narration éblouissante, l’auteur plonge dans le passé de ces trois personnages, victimes d’une société pétrie de principes moraux et politiques, tout en évoquant avec bonheur la vie quotidienne de son pays, ses sons, ses odeurs, ses couleurs… Terre des oublis, roman de l’après-guerre du Viêt-Nam, est un livre magistral.

Ce que j’en pense :
J’avais déjà tenté la lecture de ce livre il y a quelques années, mais stoppée après une vingtaine de pages car trop gênée par l’écriture au présent. Après avoir visité le Viêt Nam j’ai donné une seconde chance à Terre des Oublis. Cette fois l’écriture s’est plutôt montrée un atout qu’une faiblesse insurmontable. La lumière est portée tour à tour sur les trois protagonistes. Tous sont pris dans ce tourbillon infernal de la vie, à la fois bourreaux et victimes des deux autres malgré eux. Ce principe permet de comprendre le point de vue de chacun, rendant toute prise de partie impossible. Chaque personnage est à la fois comprehensible et coupable.
Ajoutons à cela un portrait de différents aspects du Viet Nam, les différences villes et campagnes, les divergences de situations économiques, les oscillations entre pressions sociales muettes et pensés individuelles, le contraste entre les régions touchées par la guerre et les autres, etc. On compense ainsi un peu ce manque de nos scolarités françaises, durant lesquelles je pense qu’on ne nous a pas suffisamment parler de tous ces conflits qui ont touchés le sud est de l’Asie au siècle dernier.

Conclusion :
Un livre touchant et très juste.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– la cuisine
– les petites rues
– les hammacs
– la famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *