Douglas Adams : Le Guide galactique, tomes 1 à 3 (H2G2, The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy)

Ce que l’éditeur nous dit :
Comment garder tout son flegme quand on apprend dans la même journée : que sa maison va être abattue dans la minute pour laisser place à une déviation d’autoroute ; que la planète Terre va être détruite d’ici deux minutes, se trouvant, coïncidence malheureuse, sur le tracé d’une future voie express intergalactique ; que son meilleur ami, certes délicieusement décalé, est en fait un astro-stoppeur natif de Bételgeuse, et s’apprête à vous entraîner aux confins de la galaxie ?
Pas de panique !
Car Arthur Accroc, un Anglais extraordinairement moyen, pourra compter sur le fabuleux Guide galactique pour l’accompagner dans ses extraordinaires dérapages spatiaux moyennement contrôlés.

Ce que j’en pense :
Malheureusement, je ne connaîtrais jamais le secret de l’univers, ni la question dont la réponse est 42. Arrivée à ce troisième volume de H2G2, mon intérêt allant décroissant, je décide de m’arrêter là. Les deux premiers volumes recelaient pourtant d’excellentes idées, avec plus d’un élément amené avec sacrément d’intelligence, entre humour, absurde et questions existentielles. Je comprend sans peine le mouvement que cette série a pu initier, tout autant que la pérennité de toutes les références qui y sont faites dans l’univers geek. Le problème c’est que Douglas Adams finit par se perdre dans son “intergalacticité”, passant de décalé à complètement paumé, donnant l’impression de ne pas savoir lui-même où il veut en venir (mes  investigations internet m’ont permises d’arriver à la conclusion que cette tendance perdurait jusqu’à la fin du cycle). J’ai aussi trouvé dommage la manière dont certains personnages sont mis de côté, tandis qu’Arthur ne me semble pas du tout le plus intéressant d’entre eux…

Conclusion :
Excellent… jusqu’à un certain point.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
les auto-manipulation
le centre de l’univers
les erreurs administratives
les attentes

8 Comments

  1. Vaut mieux pas trop se poser de questions à la lecture en effet. Bon du coup tu ne connaitras jamais le faiseur de sandwichs 😉

    • RRaaaa il semblerait que non. J'hésite à revoir le film, dont je ne me souviens absolument pas (je ne l'avais pas regardé en entier il me semble), ce personnage y est peu-être mentionnée… ?

    • Non il vient du tome 5, je te nargue avec ;p
      Mais je rejoins Acr0, le tome 4 est très sympa à lire dans mes souvenirs (le 5 est un peu foutraque à vrai dire)

    • Oui c'est ce que tu avais noté dans ta chronique sur ce dernier tome, et tu n'es pas la première à mentionner ce bordel (que je commençait déjà bien à ressentir dans le 3e volume, je n'ose pas imaginer si ça s'empire).

  2. je le dis aussi sur Babelio, mais en effet, je ne te conseille pas le 4° dans ce cas.. j'ai énormément apprécié les 3 premiers, mais le 4° part sur tout autre chose, revient sur Terre, et perd beaucoup en dinguerie en se concentrant sur l'intrigue terriblement banale de " Arthur arrivera-t-il à sortir avec la fille qu'il vient de rencontrer".. et ce n'est pas le traitement un peu loufoque de la chose qui la rend plus intéressante ( faut dire que Fenchurch est un personnage féminin bien terne en comparaison de Trillian, à tel point qu'ayant lu le livre il y a peu, j'avais déjà oublié son nom). En fait, tous mes personnages favoris, Marvin, Zaphod, Trillian, Ford n'apparaissent que peu ou pas.
    Par acquit de conscience je lirai le 5° à l'occasion, sans en attendre grand chose, mais en effet, je pense que tu peux te contenter des 3 premiers ( en fait je pense les relire aussi, en VO, car la traduction française sentait parfois le pâté, par la volonté de rendre la chose " plus drôle" (mouaif) en employant un niveau de langue systématiquement familier à vulgaire qui n'a pas de raison d'être)
    et non, il n'y a pas de faiseur de sandwiches dans le film, de mémoire.

    • Idem, les personnages que tu as cités sont ceux qui m'ont le plus plu, et je n'ai pas compris pourquoi Douglas Adams a choisi de ne pas leur accorder plus de place, surtout au profit d'autres franchement moins sympas.

  3. Quand j'ai vu le titre de ton billet dans mon agrégateur, je me suis dit que c'était intelligent de présenter les trois premiers tomes de H2G2 séparément des deux autres. Je comprends très bien pourquoi tu souhaites arrêter. C'est vrai qu'il effectue beaucoup de parenthèses dans les parenthèses dans les parenthèses, sur 6 à 7 niveaux. C'en devient épuisant. Ceci dit, le tome 4 est beaucoup plus light, assez linéaire et très touchant vis à vis d'Arthur (mais il demeure quand même quelques parenthèses)

    • Oui je vais bien m'arrêter là, ton commentaire me conforte d'autant plus dans cette idée que je n'ai pas vraiment accroché au personnage d'Arthur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *