Delphine de Vigan : Rien ne s’oppose à la nuit

Ce que l’éditeur nous dit :
Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre.
Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.

Ce que j’en pense :
Ma première expérience avec Delphine de Vigan fut épouvantable. Pourtant je n’ai pas su résister à l’attraction que ce livre-là exerçait sur moi. Une fois la première page lue, j’ai été complètement happée, avec l’envie furieuse (à défaut du temps) de le lire d’une traite. Ce qui m’a peut-être le plus plu est la manière dont l’auteur s’est totalement impliquée dans le récit, nous faisant part de ses doutes, de l’évolution de son état d’esprit tandis que les mots prennent place sur les pages blanches. J’adhère complètement à cette manière de contextualiser, qui donne une dimension supérieure à celle d’une simple histoire contée. C’est également ce qui me rend quasi inconditionnelle d’un Emmanuel Carrère. Si je rencontrais l’une de ses deux personnes dans la vie réelle, passant son temps à ramener tout à elle, il est possible que cela m’insupporterait. Mais par écrit, j’adore (n’est-ce pas d’ailleurs précisément ce que je suis en train de faire cet instant).
J’ai aimé, aidé par ce contexte, mais aussi parce que je me suis identifiée à certains des personnages, que les phrases sont bien tournées, que tout est maîtrisé jusqu’au point final, que le découpage des parties est excellent, que ces vies sont belles et déchirantes à la fois, que même lorsque l’on ne comprend pas on peut compatir, que chacun a sa part d’ombre et de lumière, qu’elle a essayé, que ce n’est pas si grave.
Conclusion :
Bouleversant.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les maisons de vacances
– la peinture sur murs
– les séances de photographie
– les présents

Rien ne s’oppose à la nuit sur Amazon

3 Comments

  1. Pas encore lu cette auteur mais je possède "No et moi" en ce qui concerne "Rien ne s'oppose à la nuit", tu me donnes l'envie de le découvrir 😉
    Bon début de semaine.

    • Lequel tu avais lu en premier ? Elle fait pas mal de référence à No et moi (et évidemment le sujet me parles), que j'hésites beaucoup à la lire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *