David Grossman : L’enfant zigzag

Ce que l’éditeur nous en dit :
Nono n’en fait qu’à sa tête et son départ à toute vapeur pour Haïfa va déraper en une suite rocambolesque d’aventures qui le transformeront pour toujours en homme. Au nez et à la barbe de son père, policier à Jérusalem, Nono, 13 ans, se retrouve aux commandes d’une locomotive puis dans une voiture volée aux côtés d’un gangster international. ‘De quoi s’agit-il?’ se demande Nono qui, pour être mordu d’inédit, n’en est pas moins taraudé par le respect de la loi. ‘D’ un voyage initiatique ni plus ni moins’, lui répond l’homme coursé par la maréchaussée. Un voyage qui, sous ses dehors burlesques, amènera l’enfant à résoudre la question ‘Qui suis-je?’.

Ce que j’en pense :
« Qui suis-je » ? Décidément, cette question n’a pas finit de faire couler de l’encre. Dans l’enfant zig-zag, c’est au tour du jeune Nono de se la poser. Il semble que pour David Grossman, elle soit synonyme de « qui sont mes parents, qui sont mes grands-parents, quel est le sang qui coule dans mes veines ? ».
Pour trouver des réponses, rien de mieux qu’une quête initiatique, une petite course effrénée en Israël. L’auteur multiplie les rebondissements et les situations inattendues. Dans les premiers chapitres, cette méthode est à la fois agréable et un peu déstabilisante. L’action, qui se situe pourtant dans un cadre réaliste, semble ainsi basculer dans le fantastique à plusieurs reprises, la magie paraissant la seule explication possible ! Et hop, une cabriole et la situation est rétablit. Pas très crédible, mais sympathique.
Mais tandis que le récit avance, le trop vouloir en faire menace sérieusement de créer l’ennui. Ce qui est d’abord amusant par l’effet de surprise, se transforme en passages en longueurs.
Heureusement pour la suite, David Grossman réussi à trouver le bon équilibre, conduisant tranquillement le lecteur jusqu’à la fin du roman, avec de nouvelles bonnes surprises même si l’issue est prévisible.
Note : j’ai particulièrement apprécié le « chapitre sans nom ».

Conclusion :
Un livre surprenant et bizarre, mais finalement sympathique.

A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les breloques
– les voitures
– les effets néfastes de la corrida (pratique qu’il serait plus simple pour tout le monde d’éradiquer totalement)
– les cheminots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *