Damián Szifron : Les nouveaux sauvages (Relatos Salvajes)

Ce que le synopsis nous dit :
Vulnérables face à une réalité trouble et imprévisible, les personnages de Relatos salvajes, traversent la frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amoureuse, le retour du passé, une tragédie ou même la violence d’un détail du quotidien sont les détonateurs qui poussent ces personnages vers le vertige que procure la sensation de perdre les étriers, vers l’indéniable plaisir de perdre le contrôle.

Este ano se acabo poner la otra mejilla : Cette année je vais tendre l’autre joue


Ce que j’en pense :
Ne regardez PAS la bande-annonce ! Je ne le redirais jamais assez, mais c’est d’autant plus vrai dans ce film argentin dont l’un des piliers majeurs est l’effet de surprise qu’il provoque, la découverte de jusqu’où Damián Szifron osera emmener ses personnages. Car si le style est très différent, par certains aspects on est pas loin du “sadisme” d’un Tarantino. En ce sens je l’ai vu dans des conditions idéales, puisque dans le cadre du Label UGC spectateurs (je n’avais donc aucune idée de ce qui m’attendait jusqu’au démarrage de la pellicule). Il y est quasi certain que l’idée de voir ce film ne m’aurait jamais traversé l’esprit autrement, et j’avoue que lors du questionnaire que l’on m’a remis, j’ai coché que je ne le recommanderais probablement pas. Sauf que depuis je l’ai déjà conseillé à deux personnes. Parce qu’en fait il était quand même sacrément bien fichu, avec plus d’une scène qui vaut le détour. Si j’ai parfois trouvé que cela allait trop loin, il y a toujours eu un détail derrière pour me rattraper. Si bien que mon enthousiasme est resté quasi intact tout au long de la séance, cela tenant notamment au fait que l’ordre dans lequel sont placées les séquences est juste parfait. J’ai ouvert de grands yeux ébahis, j’ai protesté, j’ai clos mes paupières pour ne pas regarder, j’ai désapprouvé, j’ai ris, et ris encore, j’ai cru halluciner, j’ai jubilé. Si cela ne plaira pas à tout monde, loin de là, je me suis personnellement régalée.

Conclusion :
Bon en fait il était vraiment bien ce film…

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
les pneus
le verre
les frites
les négociations

2 Comments

  1. Vu hier soir, très bon moment ! Je n'avais pas réussi à échapper à la bande annonce, mais ce n'est pas tant ke spoil qui m'a gêné que le non-respect de l'atmosphère du film, ça faisait plus bordélique que la réalité. Finalement c'est bien un truc Tarantinesque, jamais très profond mais où on ne s'ennuie à aucun moment — au contraire !

    • Une autre raison de ne pas regarder les bandes-annonces : elles ne t'annoncent pas forcément la bonne couleur, tout en spoilant…
      Ca c'est clair qu'on ne s'ennuie pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *