#CoulissesDuBlog 3 : Fautes d’orthographe

Rolala, les fautes d’orthographe… toute une histoire. Et encore, s’il n’y avait qu’elles. Car, elles sont aussi accompagnées des fautes de frappes, des fautes de grammaire, des problèmes d’accord, des phrases qui commencent avec une idée et changent brusquement de le chien qui coure sur la plage (vous voyez le genre). Est-ce une fatalité ? Ici, je vous raconte mes trucs pour gérer cette problématique, bref, comment éviter les fautes d’orthographe.

Privilégier le fond

Quand on se focalise sur le fond, ce qui est toujours ma priorité, il n’est pas toujours facile de se focaliser sur le fond. Pourtant, il me semble que si les erreurs de frappes peuvent carrément piquer les yeux, donc gêner la lecture, elles ne devraient pas prendre le dessus sur le message que l’on veut passer.

Mon cycle d’écriture se passe donc dans cet ordre :

  1. élaboration de l’article dans ma tête : dans 90 % des cas, je sais déjà ce que je vais écrire dans les grandes lignes, parce que j’y aurais réfléchi auparavant. Les idées viennent toutes seules quand elles ont envie (dans la douche, dans le métro, au moment où je suis sensée m’endormir – ce dernier est le moment qui m’arrange le moins) et je les « note » alors dans un coin de ma tête. Cette capacité s’est renforcé au fur et à mesure que j’écrivais, pour que maintenant ce soit carrément des phrases toutes faites qui me viennent en tête. Je n’ai plus qu’à les coucher sur papier l’écran.
  2. premier jet d’écriture et complément d’information : vient ensuite le moment où je me mets bel et bien à écrire, ce qui s’accompagne souvent d’une phase de recherche. Par exemple si j’écris un article sur un film, je vais aller voir sa fiche Allocine pour vérifier les acteurs (que parfois on n’a pas reconnu), voir les autres films du réalisateur, etc. J’aime beaucoup faire ce travail-là, car en général c’est dans cette phase que je réalise certaines choses auxquelles je n’avais pas pensé de prime abord, celle qui me permet de prendre du recul.
  3. remaniement des mots : une fois que les idées principales sont posées, c’est là que je commence à m’intéresser à la forme. J’attache une importance particulière à soigner le style, en évitant par exemple au maximum les répétitions de terme. Il me semble que c’est là un des points fondamentaux d’une « bonne » écriture, qui rendront la lecture fluide et agréable. Merci le dictionnaire des synomyes, sans qui rien ne saurait possible.
  4. Relecture et correction : ou pas.
  5. Mise en ligne et réjouissance
  6. Attente des commentaires 😉

Faire appel à un ami

J’ai la chance d’avoir eu successivement deux amis qui m’ont supplié de les laisser corriger mes fautes qui les agaçaient au plus au point ont gentiment accepté de relire mes articles. Durant une période, l’un d’entre eux vérifiait chacune de mes publications aussitôt en ligne. Plus il a eu moins de temps à me consacrer et un autre a pu prendre le relais. Pour les remercier j’ai rendu quelques services ou fait quelques petits cadeaux, parce que ça fait toujours plaisir et que je leur était vraiment reconnaissante (merci les gars).

Aujourd’hui je dois me débrouiller toute seule, mais c’est très bien car maintenant je suis « une grande ». Et oui, certaines règles fondamentales ont bien fini par s’imprégner dans mon cerveau à force d’être répétées. Donc, maintenant, je me souviens qu’il faut mettre un trait d’union à peut-être (systématiquement souligné par mon ami pendant environ deux ans, me faisant réaliser par la même occasion que je faisais peut-être une utilisation abusive de cette expression).

Je préconise de demander aux personnes de nous indiquer les propos à revoir, plutôt que les laisser faire la correction directement. Car, c’est de cette manière que l’on peut en apprendre. Je rougis souvent à la relecture de vieux articles (que je prends parfois la peine de corriger), mais au moins je peux constater les progrès que j’ai fais depuis 6 ans.

Faire une relecture

Bon, je sais, dans le point « Privilégier le fond », j’avais noté « ou pas », concernant la relecture. J’avoue que la plupart du temps parfois, j’ai la flemme je manque de temps à consacrer à cette phase.

Pourtant, je me rends compte de son grand intérêt. Cela permet non seulement de vérifier les fautes, mais aussi la cohérence globale de l’article, parfois même de se rendre compte qu’on a oublier de parler de certaines choses. Avec l’expérience, je prends donc plus souvent l’habitude de passer par cette étape.

J’ai appris également appris à être plus patiente, en ne publiant pas forcément l’article dès que j’ai terminé de l’écrire. En effet, il est beaucoup moins fastidieux et plus efficace de faire cette seconde passe quelques heures plus tard, car on a alors l’impression de redécouvrir le texte. Bref, au début il faut se forcer et ensuite cela devient plus facile.

Utiliser un correcteur

Avec les outils informatiques à notre disposition, il devient de plus en plus ardu pour trouver des excuses à avoir encore des erreurs de frappes. Même si au final, rien ne remplace une relecture par un esprit humain. En général, j’écris d’abord mes articles dans Microsoft Word (ou le Word de Google), ce qui corrige déjà un peu l’orthographe. Une fois le texte passé dans WordPress, l’outil du blog apporte également ses suggestions de correction. Enfin, je passe désormais systématiquement par l’outil bonpatron (il en existe sûrement plein d’autres aussi performant) avant publication finale, qui va plus loin en terme de grammaire et de sens des mots (on peut même préciser que « je » est féminin, ce qui est pris en compte).

Si la perfection me paraît un rêve lointain, tout cela permet déjà de limiter les dégâts !

A vous de jouer !

Appel aux lecteurs : n’hésitez pas à me signaler si vous repérez des fautes dans mon texte, de préférence par message privé : aude@bizzetmiel.com. Merci !!!

Et vous, quel est votre secret pour l’orthographe ?

 

Lire les autres billets du challenge #CoulissesDuBlog en cliquant sur la bannière :

Vous pouvez retrouver toutes les participations à cet événement ici.

8 Comments

  1. Bonjour Aude !

    Comme toi, je suis particulièrement impatiente de mettre mes textes en ligne une fois ceux-ci écrits. Et ça me joue bien souvent des tours malheureusement! Pour ma part, ma bête noire, ce sont mes phrases qui n’en finissent plus et dans lesquelles je vais jusqu’à ajouter des «tiroirs» ! Une phrase qui fait un paragraphe ! En voici, en voilà chez moi 🙂

    L’important je pense c’est de bien connaître nos lacunes et de travailler à les améliorer. Un beau défi !

    Marie

    • Bonjour Marie,

      Hehe, oui chacun ses challenges personnels. C’est chouette de travailler à de venir « une meilleure version de soi-même » je trouve, même sur des petits détails comme ceux là 🙂

  2. J’ai tendance à faire confiance à mon orthographe… Trop confiance, et cela me joue parfois des tours !
    Parfois un peu d’humilité ne fait pas de mal, je devrai moi aussi utiliser un correcteur orthographique, juste pour être sûre quoi !

    • Hehe, oui personne n’est à l’abri d’une erreur de temps à autre. Mais tant mieux pour toi si tu as naturellement des facilités !

  3. Pingback: Les fautes d’orthographe, on en parle ? #CoulissesDuBlog n°3 - Trucs de Blogueuse

  4. Personne est à l’abri d’une faute dans ses articles 🙂
    Je suis passé pendant un mois sous Cordial sur Word, mais bien sur après un mois c’est payant de l’avoir sur Word, donc il existe la version sous internet, mais elle n’est pas si performante que sous Word.

    Perso, il faut que j’améliore non pas l’ortographe car sur ça, j’ai réalisé des gros efforts, mais il faut que je fasse des phrases moins longues car niveau SEO c’est pas bon d’avoir des phrases de 40 kilomètres.

    Je trouve la relecture par un proche est mieux car quand on relit plusieurs fois nos propres textes, on ne voit plus les fautes à force 🙂

  5. Super article, c’est plutôt un sujet tabou sur les blogs.

    Je trouve cela tellement dommage de lire des articles excellents sur le fond, mais mauvais sur la forme en orthographe, grammaire etc. ! Bien que j’essaye de m’en détacher, mon cerveau ne voit plus que les erreurs…!

    Je vous mets le lien vers une étude qui dit que les fautes font baisser de 50% les ventes d’un site e-commerce : http://www.orthopass.com/fautes-orthographe-menacent-ventes-entreprises-fran%C3%A7aises

    Tu as du courage et du mérite car tu fais preuve d’humilité en confiant la relecture à tes amies. Je te félicite et espère que tu lanceras une mode (pas éphémère 😉 ) sur la toile ! Merci pour ton article !

    • Bonjour Claire, merci pour ton commentaire.
      Oui c’est vrai que les fautes peuvent être horripilantes, mais un peu de pitié pour les pauvres boulets de le grammaire tels que moi, qui font de leur mieux 🙂
      Je vais redoubler d’effort si en plus les études prouvent que ces fautes sont une réelle menace (c’est vrai que ça fait moins sérieux).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *