Chine : Souvenirs de Shanghai

Ce qu’il faut savoir :
Shanghai (上海 en Chinois), qui signifie littéralement « sur la mer », doit son nom à sa situation Carrefour sur la rivière de Huangpu à l’est de la Chine. Elle la mégalopole la plus peuplée du pays, avec plus de dix-huit millions d’habitants en son sein et 18,9 millions pour sa région urbaine (2009), et sans contexte la plus occidentale des villes chinoises.
Elle doit notamment cette situation a son passé à la fois riche et douloureux de ville colonisée du XIXe, XXe siècle, au temps des concessions étrangères. C’est également durant cette période, en particulier pendant les années 1920-1930, que Shanghai a connu son véritable essor culturel, qu’elle a développé toute la magie et le mystère de la ville contemporaine.
Après la fondation de la République de Chine et la guerre sino-japonaise (1937-1945), la ville a particulièrement subit la révolution culturelle, car considérée comme un foyer de bourgeois et de dépravation. La pression se réduit à partir de 1992, lorsque Deng Xiaoping décide de promouvoir le développement de la ville. Il semble aujourd’hui que la ville soit en passe de retrouver la place de centre financier d’Asie qu’elle occupait auparavant. Avec sa croissance à deux chiffres, sa mutation cosmopolite et son essor culturel, elle prend progressivement la place qui lui est due de grande métropole mondiale

Ce que j’en pense :
Grand. C’est le premier adjectif qui me vient à l’esprit lorsque que je repense à Shanghai. Grand et moderne. Le regard se perd parmi les nombreuses tours aux formes surprenantes, et celles en construction qui viendront bientôt s’ajouter au paysage. Des espaces immenses : dans le métro, dans les gares, dans l’Opéra, tout est large, haut.  Mais il n’en faut pas moins pour contenir la masse de chinois qui déverse quotidiennement son flot d’individus. La présence de l’exposition universelle, qui attire les touristes venus des quatre points du pays, renforce probablement le phénomène. Plus encore que le reste, celle-ci ci est absolument immense, un gigantesque catalogue touristique fascinant et étonnant.
Pourtant, a aucun moment je ne me suis sentie oppressée ou en situation d’insécurité. La culture associée à un politique nationale… particulière a parfois des bons côtés. Car si le communisme ne rend certainement pas la vie plus facile à tous les chinois, elle rend les séjours touristiques fort agréable : propreté, sécurité, quasi absence de mendicité, etc.
Concernant les “petites villes de campagnes” auxquelles nous nous attentions en nous rendant à Suzhou et Hangzhou, le choc a été encore plus grand encore. Chacune dépasse le million d’habitants et n’a rien à envier à ses voisines en terme de buildings. Certes cela la vaut le déplacement, mais je crois notre vision Européenne de “Paradis sur Terre” diffère légèrement de celle des chinois.

Conclusion :
Un très beau voyage, l’aperçu d’un pays au coeur de l’actualité mondiale, dont il y a beaucoup à apprendre et à découvrir.

Voir programme du voyage ici et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *