Catherine Dufour : Je ne suis pas une légende

Ce que l’éditeur nous dit :
A l’époque ou Malo rencontra son premier vampire, il frôlait la dépression. 
Après deux ans de bons et loyaux services en tant que Life Time Value Manager chez Johnson & Johnson, une persistante absence de cravate doublée d’une regrettable propension à quitter le bureau en sifflotant sitôt son travail bouclé lui avait valu une mise au placard définitive. Dans les premières semaines de sa relégation, il essaya d’inverser la vapeur : il mit une cravate noire imprimée de petits ours rouges et passa de longues heures supplémentaires près de la machine à café.
Peine perdue.
Il était trop tard.
Beaucoup trop tard.

Ce que j’en pense :
Hommage (ou parodie?) du roman de Richard Matheson, “Je suis une légende”, Catherine Dufour nous offre ici une histoire à contresens, avec un anti-héro n’ayant rien demandé à personne et se cachant dans une cabine de parking sous-terrain (tandis que Will Smith, interpréte de l’une des adaptations cinématographiques de cette histoire, campait dans une maison suréquipée, NDLR). A noter que j’ai été, durant toute la lecture, persuadée avoir à faire à des zombies, alors qu’il s’agissait en réalité de vampires… Je lis peut-être trop d’histoires de morts-vivants .
Assez fan des personnages principaux malgré eux et emballée par une écriture efficace, la lecture s’est tout de suite révélée sympathique. Pourtant je dois dire que je suis restée un peu bête de voir arriver la dernière ligne sans autre préambule. Tout ça pour ça ?

Conclusion :
Une lecture sympathique mais qui sera vite oubliée.


A lire si vous voulez en savoir plus sur :
– les cafés
– les parking
– l’entreprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *