Byron Howard, Nathan Greno : Raiponce (Tangled)

Ce que le synopsis nous en dit :
Lorsque Flynn Rider, le bandit le plus recherché du royaume, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve pris en otage par Raiponce, une belle et téméraire jeune fille à l’impressionnante chevelure de 20 mètres de long, gardée prisonnière par Mère Gothel. L’étonnante geôlière de Flynn cherche un moyen de sortir de cette tour où elle est enfermée depuis des années. Elle passe alors un accord avec le séduisant brigand… C’est le début d’une aventure délirante bourrée d’action, d’humour et d’émotion, au cours de laquelle l’improbable duo va rencontrer un cheval super-flic, un caméléon à l’instinct de protection surdéveloppé, et une drôle de bande de malfaiteurs.

Ce que j’en pense :
Tout est là : le charme, l’humour, la love story, la vilaine pas belle, les faux méchants qui sont en fait gentils au fond de leur cœur, etc. Mis à part les quelques clichés et incohérences habituelles de ce type de film, rien à redire.
Décidément, les techniques en terme d’animation ne cessent de progresser. Il a d’ailleurs fallu attendre que celles-ci permettent un tel rendu, avant de s’attaquer à un sujet tel que Raiponce, dont tout est prétexte à nous montrer la beauté et la fluidité de la chevelure de l’héroïne. Depuis les premières “textures de poils” de Monstres & cie, le niveau de réalisme n’a eu de cesse de s’améliorer, pour atteindre ici un niveau digne des plus belles campagnes de L’Oréal. Cela se ressent également sur la palette d’expression des personnages, qui peut maintenant se permettre la subtilité. A noter cependant de nombreux “faux raccords” dans la longueur des cheveux, qui semble varier entre 5 à 30 mètre selon les moments…
Dans les “déjà-vus” qui ne lassent pas : les animaux de compagnies en tant que personnages à part entière. Cette année, nous avons la chance d’en avoir deux pour le prix d’un : tels Mulan et son criquet, Raiponce ne se sépare jamais de Pascal le caméléon, et si elle est également accompagnée d’un cheval, celui là prend une part plus importante à l’histoire. Il s’agit ici d’un destrier sans peur et sans reproche absolument génial ! Certainement le personnage que j’ai préféré.

Conclusion :

C’est beau, c’est magique, c’est Disney !

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– le devoir
– les lampions
– l’art mural
– le soleil

1 Comment

  1. Je suis jalouse ! J'ai toujours pas pu le voir, et personne ne peut m'accompagner (et toute seule, c'est moins drôle).
    En tout cas, il a l'air aussi bien que ce que j'imaginais. J'ai hâte *__*

    Merci de ton avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *