Benjamin Guedj : Libre et assoupi

Ce que le synopsis nous dit :
Sébastien n’a qu’une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon, c’est son canapé. Sa vie il ne veut pas la vivre mais la contempler. Mais aujourd’hui, si tu ne fais rien… Tu n’es rien. Alors poussé par ses deux colocs, qui enchaînent stages et petits boulots, la décidée Anna et le pas tout à fait décidé Bruno, Sébastien va devoir faire … Un peu.

Ce que j’en pense :
Alors oui, Libre et assoupi aborde cette notion de travail et l’importance (peut-être à remettre en question) qu’elle représente dans notre société. Avant d’être ce qu’ils sont, les individus sont ce qu’ils font. Mais au fond on s’en fiche. Parce que Sébastien, le personnage principal lui s’en moque éperdument, souhaite juste vivre sa vie tranquillement sans que personne ne vienne l’en empêcher. Et finalement, loin d’être vindicatif, Libre et assoupi incarne à merveille cet état d’esprit, ignorant bel et bien les conventions, sans même avoir l’air de le faire exprès. Cela donne un film tout sympatique, avec en tête d’affiche un Baptiste Lecaplain tout choupinou, qui fait à merveille la moue et les grands yeux innocents de celui qui, sans être naïf, sait être simplement heureux. Suivant son exemple, le spectateur ne se pose aucune question et se contente d’apprécier le moment, toutes ces scènes drôles et touchantes, bref de prendre le temps d’être au lieu de faire, pour une fois.

Conclusion :
Une très jolie parenthèse.

A voir si vous voulez en savoir plus sur :
– les journaux intimes
– la poésie allemande
– la télévision
– les musées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *