La bibliothèque de Tampere (Finlande)

Retour des bibliothèques du monde, avec des photos cette fois issus de mon dernier séjour en Finlande.  Je vous laisse ainsi découvrir la bibliothèque principale de Tampere. En bonus, deux autres lieux seront entraperçus : une bibliothèque municipale à Pargas et la bibliothèque universitaire de Turku.

lire la suite

Charlie Bean, Paul Fisher et Bob Logan : LEGO Ninjago – le film (The LEGO Ninjago Movie)

Ce que le synopsis nous dit :

Pour défendre la ville de Ninjago City, Lloyd, alias le Ninja Vert, et ses amis maîtres-bâtisseurs Lego et combattants infiltrés se mobilisent. Avec à leur tête le maître kung-fu Wu, aussi sage que blagueur, ils doivent affronter l’abominable Garmadon … qui se trouve aussi être le père de Lloyd ! Mais il leur faudra d’abord surmonter leur ego et apprendre à unir leurs forces pour se révéler de redoutables guerriers. C’est à ce seul prix que notre bande de ninjas modernes, redoutables et insoumis, pourront remporter la bataille…
lire la suite

Tommy Wirkola : Seven sisters (What Happened to Monday?)

Ce que le synopsis nous dit :

2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…
lire la suite

Laurent Gounelle : 3 oeuvres

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi

Pendant longtemps j’ai soigneusement évité Laurent Gounelle, que je rangeais dans la catégorie des “Marc Levy” (ouais c’est une catégorie maintenant, vous ne saviez pas ?). Je pensais que c’était du “roman de gare” (ça, ça existait déjà avant), vite écrit, vite lu, vite oublié. Et puis plusieurs personnes de confiance m’ont conseillé d’essayer, dans une période où je cherchais justement quelque chose de léger à lire. Je me suis donc lancée. J’ai été vraiment épatée par la qualité de réflexion que j’y ai découvert ! Certes l’écriture n’est pas extravagante (donc facile à lire, pour cela j’ai été servie) et le personnage principal un peu caricatural au premier abord. Mais Laurent Gounelle a eu la bonne idée de ne pas en faire des tonnes, ni de tomber dans les schémas stéréotypés, cette Alice n’était finalement que le support de la réflexion de l’auteur. D’ailleurs son histoire à elle passe un peu au second plan, nous épargnant le retournement de situation facile. Idem pour la personne du prêtre, que l’on suit sans trop s’y attarder (les scènes dans le confessionnal sont vraiment instructives). Ce dont Laurent Gounelle nous parle vraiment c’est l’égo. L’analyse et surtout la comparaison qu’il fait des différentes religions est franchement bien menée (sans rentrer dans du complexe non plus), avec plus d’une illustration pertinente. Bref, j’ai appris des choses, sur la vie et sur moi-même. Chapeau !

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi sur Amazon

Le jour où j’ai appris à vivre

Galvaudée par ma rencontre avec Laurent Gounelle et ayant toujours l’esprit trop chargé pour des lectures “difficiles”, j’ai quasiment tout de suite enchaînée avec un second roman de son cru. Si le fond était un peu moins intense que pour Le trésor qui dort en toi, j’y ai trouvé également plus d’une idée pertinente. Encore une fois, le personnage principal sert surtout de support pour faire passer des réflexions, même si dans ce cas on suit d’un peu plus près son parcours (avec certains retournements de situations tout à fait attendus cette fois). Mais j’y ai plus vu une illustration de la manière dont on pouvait influencer sa vie, qu’un simple laisser-aller à la facilité. Oui, nous avons le pouvoir de rendre nos vies meilleures, il suffit de le décider et de passer à l’action. Si l’effet wahou était moins présent que pour l’autre ouvrage, j’ai également été ravie de cette lecture.

Le jour où j’ai appris à vivre sur Amazon

Le Philosophe qui n’était pas sage

Alors là, peut-être que c’était la lecture de trop, mais je pense que je n’aurais de toute manière pas aimé ce roman même si je l’avais lu à un autre moment. Ici encore, le personnage principal n’est pas forcément celui que l’on pense, sauf que cette fois on finit par franchement se focaliser sur un second, le chef des guides, qui décide qu’il va pourrir la bonne humeur et la soi-disant “naïveté” d’une communauté indienne. J’ai lu peut-être un tiers du bouquin, avant de l’abandonner complètement furax. Oui, cela m’a énervée de voir cet acharnement à faire le “mal”. Je me doutais bien de la suite des événements et surtout je voyais très bien où l’auteur voulait en venir (on revient à cette histoire d’égo), merci, mais le processus ne m’a absolument pas plu. Sur Babelio, c’est le livre de l’auteur le moins bien noté à ce jour et je comprends pourquoi !

Le Philosophe qui n’était pas sage sur Amazon

Mirion Malle : 2 oeuvres

Commando culotte

Ici Mirion Malle s’attaque à la pop-culture, en nous donnant son analyse [féministe] de certains films et séries triés sur le volet. Son point de vue est souvent très intéressant, car sans en faire des caisses, ni chercher la petite bête, elle ouvre les yeux sur de nombreux aspects. Et cela est d’autant plus pertinent que cette fameuse culture a une vraie force de persuasion, d’orientation dans nos façons de voir le monde et plus particulièrement les rapports hommes/femmes. En analyse des œuvres très connues (notemment Game of Throne) et d’autres un peu moins, qui rendent l’ouvrage et les exemples compréhensibles du plus grand nombre. Le trait n’est pas des plus beaux, mais peu importe car en tant qu’outil d’expression il fait très bien le job. J’ai apprécié qu’elle alterne entre des “dénonciation”, mais également de “bons” exemples. Tout n’est pas noir ou blanc. Bref, à lire !  Vous pouvez aussi aller directement le blog de Marion en cliquant ici.

Commando culotte sur Amazon

(Aparté)

Sur le sujet du rapport entre la culture et les rapports hommes/femmes, je vous propose notamment ce TED talk (il y en a d’autres) :

Intimité amoureuse

Ce très court recueil de BD a été écrit avec Thomas Mathieu, l’auteur du bouleversant les Crocodiles (si ce n’est pas encore fait, lisez tout de suite cette BD indispensable). Accessoirement, c’est aussi son amoureux et ils ont décidé de collaborer sur cette oeuvre. Celle-ci ne me laissera pas un souvenir impérissable, même si j’étais contente de pouvoir en savoir plus sur deux dessinateurs que j’apprécie. Ils nous décrivent certaines situations du quotidiens, notamment leur rencontre et les débuts de leur couple, tout cela étant très très orienté sur le sexe et les gros sens de l’héroïne. Mon chéri l’a lu avant moi et quelques scènes l’ont amusé, car il nous y a reconnu. Je ne vous dirai pas lesquels, mais effectivement il y a une certaine banalité dans tout cela.

Intimité amoureuse sur Amazon

Theodore Melfi : Les figures de l’ombre (Hidden figures)

Ce que le synopsis nous dit :

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.
Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.
lire la suite

Stephan Streker : Noces

Ce que le synopsis nous dit :

Zahira, belgo-pakistanaise de dix-huit ans, est très proche de chacun des membres de sa famille jusqu’au jour où on lui impose un mariage traditionnel. Ecartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, la jeune fille compte sur l’aide de son grand frère et confident, Amir.

Ce que j’en pense :

Ça c’est un film surprenant, qui reste. Plus le temps passe, plus je suis contente de l’avoir vu. Le génie tient ici aux différents tons employés, qui se marient à merveille. C’est une histoire dure, dramatique même, mais dont le ton n’est pas lourd. Il est parfois léger (les folies de l’adolescence), souvent drôle par l’absurde (les échanges skype à eux tout seuls valent le détour). Les différents points de vue sont bien expliqués et présentés, comme par exemple l’explication du père qui pense (peut-être à raison), que de nombreuses femmes célibataires en France ne sont pas heureuses. Je ne suis bien sûr pas en accord avec la solution qu’il propose (le mariage forcé et tout ce qui s’ensuit), mais j’admets qu’il y a du sens dans cette réflexion.
Ce n’est pas un film dur à regarder, mais dont le message de fond passe. Je le recommande grandement.

Conclusion :

Un film très puissant, traitant avec une grande finesse un sujet difficile.

À voir si vous voulez en savoir plus sur :

le mariage forcé
la culpabilité
la notion de bonheur
le chantage affectif

Damien Chazelle : La la land

Ce que le synopsis nous dit :

Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions.
De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance.
Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent…
Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?
lire la suite